Lettre ouverte des enseignants d’EPS du Sénégal

Monsieur le Président de la République, Je vous adresse la présente en qualité de secrétaire général national de l’association des enseignants d’EPS du Sénégal. « Embrasser la carrière d’enseignant, c’est non seulement accepter d’accompagner des êtres humains… » Dans l’acquisition de savoirs, mais également instruire, former et éduquer des jeunes que la société nous a confiés. Instruire, c’est transmettre le capital de connaissances disponibles, alors qu’éduquer, c’est éveiller aux valeurs, aux normes et à la culture de la société d’appartenance, conformément à la loi d’orientation 91-22 du 16 février 1991 qui tend à «former des hommes et des femmes capables de travailler efficacement à la construction du pays… à promouvoir le respect des lois et des règles dans la vie sociale, en les améliorant dans le sens de la justice, de l’équité et du respect mutuel… ». C’est ce titanesque sacerdoce que les enseignants d’EPS du Sénégal partage avec leurs pairs enseignants de la fonction publique. Cependant dans ce cadre, il existe parmi eux une catégorie d’enseignants (les maîtres d’EPS) à qui il est attribué un droit d’emploi correspondant à leurs compétences et non le droit de carrière dans ce même corps. Excellence, Monsieur le Président de la République, permettez-moi d’abord de rappeler quelques faits historiques : Dans le système éducatif sénégalais, les maitres d’éducation physique et sportive (MEPS) sont les seuls enseignants du moyen secondaire qui n’ont aucune opportunité de plan de carrière dans les filières de l’enseignement depuis la réforme de 1979. Les maîtres d’EPS qui étaient formés par le ministère des sports à travers le CNEPS de Thiès y accédaient par voie de concours pour faire une formation de BFEM+3 ans. À leur sortie ils étaient recrutés par la fonction publique dans la hiérarchie B4 ; mais sans aucune possibilité de sortir de ce corps pour accéder à un autre plus gradé dans le système éducatif. Du coup, conscients de ce manquement, les maitres d’éducation physique et sportive se sont toujours mobilisés ; d’abord avec l’association nationale des enseignants
d’EPS (ANEEPS) et ensuite avec les syndicats pour éteindre ce corps et créer un nouveau corps d’accueil. Depuis 2009, des démarches ont été entreprises avec le CUSEMS ORIGINEL par l’intermédiaire du ministère des sports pour introduire un projet de décret portant création du certificat d’aptitude au professorat de collège d’enseignement moyen spécialisé. Après moult péripéties dans le circuit où c’est devenu le projet de décret portant création du certificat d’aptitude au professorat de collège d’enseignement moyen en matière de jeunesse, de sports et de loisirs (CAPCEM-JSL) avant de finir par être dénommé PROJET DE DECRET PORTANT CREATION DU CERTIFICAT D’APTITUDE AUX FONCTIONS DE PROFESSEURS DE SPORTS ET D’EDUCATION PHYSIQUE DE COLLEGE ET D’ENSEIGNEMENT MOYEN (CAPSEP). A force d’être amandé et retiré du circuit des visas par des remaniements ministérielles, et/ou des observations faites par les différents ministères, ce décret a fini par être signé par vous le 30 AVRIL 2018 ( décret 2018/803 ).Mais le point stratégique qui concernait la prise en compte par ce dernier des maitres d’éducation physique qui étaient à l’origine de la teneur de ce décret a été occulté ( cf le point 14 des accords signés entre le gouvernement et les syndicats d’enseignants le 17 FEVRIER 2014. Aussi antérieurement à cela les conclusions des séances plénières des 15 et 27/07/2012 ; 05/10/2012 ; 29/11/2012 ; 14 et 22/03/2013 et le 29/04/2013 où il était dit : « LE REVERSEMENT DES MEPS DANS LE CORPS DES PROFESSEURS DE COLLEGE SPECIALISES ».) Aujourd’hui force est de constater, dès l’introduction de ce projet de décret, le CNEPS s’est empressé d’ouvrir une formation payante pour l’obtention d’un diplôme dont le décret était à l’état de projet, faisant fi de notre alerte d’un réel vide juridique s’il arrivait qu’une promotion de BAC+2 ans sorte de formation avant que le décret ne soit signé car ils n’allaient pas avoir ni le diplôme ni être recruté. Nos craintes se sont avérées finalement car plusieurs promotions sont sorties depuis la première entée en 2011 et ont dû faire des manifestations (grève de la faim, marche, sit-in etc…) pour réclamer leur recrutement. Et à mon corps défendant, permettez-moi de vous rappeler que les maitres d’éducation physique et sportive (MEPS) souffrent gravement et en silence car surement vous ne le savez pas. UN REVERSEMENT DANS LE CORPS DES PCEMG EN EPS, APRÈS LA MODIFICATION DU DÉCRET 77-1177, du 30 Avril 1977 qui a motivé notre mobilisation nationale et la présente lettre, n’est pas une fin en soi. Elle n’est non plus une quelconque forme de sécession contre qui que cela soit, mais pour ce qu’il renferme de meilleur demeure une nécessité. Nous disons reversement d’abord, ensuite un plan de carrière motivant et cohérent. Monsieur le Président, nos sollicitations aussi réalistes que réalisables ne sont que : 1—LA MODIFICATION DU DÉCRET 2018-1889 DU 03 OCTOBRE 2018 EN Y INSÉRANT L’ARTICLE 12 DU CHAPITRE 5 DU PROJET DE DÉCRET CAPCEMEPS, CONFORMÉMENT À LA LETTRE RECTIFICATIVE NUMÉRO 0617 DU MINISTRE DE LA FONCTION PUBLIQUE À L’ENDROIT DE SON HOMOLOGUE DES SPORTS EN DATE DU 19 MARS 2018, ET SON INTRODUCTION EN PROCÉDURE D’URGENCE.
2—LA MODIFICATION DU DÉCRET 77-1177 DU 30 DÉCEMBRE 1977 AFIN QUE LE CORPS D’ACCUEIL DES PROFESSEURS DE COLLÈGE EN EPS SOIT CRÉÉ. 3—L’INTEGRATION DANS LA FONCTION PUBLIQUE DES 81 SORTANTS DU CNEPS DÉTENTEURS DU CAPCEM-EPS ET LE RECRUTEMENT DU RESTE DES CINQ PROMOTIONS DÉJÀ FORMÉES. 4—LE REVERSEMENT DES MEPS DANS LE CORPS DES PCEMG EN EPS AVEC COMME PROPOSITION DE MESURES D’ACCOMPAGNEMENT : A) —FORMATION NON PRESENTIELLE DE 14 MOIS AVEC STAGE DANS LE LIEU D’EXERCICE DE L’AGENT. B) —LA CRÉATION DE PASSERELLES PCEMG À PEPS. C) —LA RÉOUVERTURE DU CONCOURS PROFESSIONNEL DES INSPECTEURS DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS. ET CELÀ MONSIEUR LE PRESIDENT RESTE BIEN REALISTE ET RÉALISABLE. N’EN FAUT QU’UNE SIMPLE VOLONTÉ POLITIQUE, QUI DU RESTE EST BIEN DANS VOS CORDES, MONSIEUR LE PRESIDENT. Monsieur Le Président, le personnel qui gère la discipline EPS au moyen secondaire est composé de :  Inspecteurs de l’Enseignement Moyen Secondaire (IEMS)(12 soit 00.49%)  Formateurs (ex CPI) ; (16 soit 00.66%)  Professeurs d’Education Physique et du Sport (PEPS) ; (580 soit 23.45%)  Maitres d’Education Physique et Sportive (MEPS) ; (838 soit 34.47 %)  Professeurs contractuels et les Vacataires (PC et VAC). (893 soit 36.36%)  Les chargés de cours en EPS (111 soit 04.57 %) (Source –recensement personnel EPS février 2018.) Le décret 2007 – 1587 du 31 décembre 2007 portant détermination des maxima de service hebdomadaire du personnel enseignant et du personnel de surveillance des établissements d’enseignement du second degré et d’enseignement technique, modifié, établi le volume horaire des enseignants d’EPS comme suit : Professeur d’EPS : 21 heures ; Maitre d’EPS : 25 heures ; Vacataire et PC : 25 heures. Ce personnel, conformément à l’arrêté 002919 / MME / DFT / B12 en date du 1er mars 1999, est affecté au ministère de l’Education National. L’article 1 du dit arrêté stipule : « les enseignants dont les noms suivent précédemment en service au ministère de la Jeunesse et des Sports (chapitre 521 – article 8150) sont affectés au ministère de l’Education Nationale par transfert budgétaire, pour compter du 1er mars 1999 ». Par cet acte administratif, trois cent dix-sept (317) enseignants, MEPS et PEPS confondus venaient de changer de tutelle ministérielle. Le décret 2000 – 890 / MFPTE / DFT / B12 du 31 octobre 2000 portant intégration de fonctionnaires, est venu régler l’équivalence CAES / CAPEPS, en reclassant les (PEPS) dans le corps des Professeurs d’Education Physique et du Sport (PEPS). Le décret, en son article 1 stipule : « les fonctionnaires dont les noms suivent sont intégrés et reclassés dans le corps des Professeurs d’Education Physique et du Sport (hiérarchie A1) conformément aux dispositions de l’article 2 du décret 1997 – 487 /MME / DFT / BE du 16 mai 1997, modifiant le décret 77 – 1177 du 30 décembre 1997 ».
Depuis le temps que des modifications sont apportées dans le plan de carrière des enseignants d’EPS, qu’est ce qui en concerne les maitres, les contractuels et vacataires ; les chargés de cours ? Rien !absolument rien !!!Alors qu’on se taille la part belle concernant le volume horaire de travail ; tout en restant assujettis au cadre juridique de notre situation administrative qui fait que les fonctionnaires que nous sommes n’avons pas le droit de discuter le statut que le législateur va nous appliquer. Les règles du statut des agents de la fonction publique étant imposées unilatéralement par le législateur et par les autorités administratives compétentes font que notre unique espoir repose sur votre volonté politique à corriger cette incohérence administrative monumentale pour nous permettre de bénéficier d’un plan de carrière.
Progresser de hiérarchie à hiérarchie, gagner des postes de responsabilités dans sa carrière ne doivent pas être un luxe pour un MEPS qui à ce jour ne peut être ni surveillant-général, ni principal, ni censeur encore moins proviseur. Monsieur le Président, Excellence, Il est important, indispensable, de redonner aux MEPS de la dignité. Que ce soit sur le plan humain ou dans la considération de leur profession, cette dignité perdue doit être restaurée. La souffrance, le malaise au travail, c’est le cancer qui ronge le monde de l’Education Physique. S’il détruit les personnels, il a pour autre conséquence, tout aussi grave, d’affecter la scolarité des élèves et de menacer leur avenir. Que ce soit en tant que professeur ou représentant de l’ANEEPS, tant sur le plan académique que national, il m’apparaît indispensable de mettre en lumière, de dénoncer le malaise des enseignants d’EPS, l’isolement, la souffrance administrative qu’ils subissent. Une souffrance qui ne se cantonne pas aux chargés de cours, professeurs contractuels et vacataires ; aux maitres d’EPS. A la vérité, chefs d’établissement, personnels administratifs, de vie scolaire, corps d’inspection, dans un silence tout aussi profond, sont également atteints. En tant que lanceur d’alertes, l’ANEEPS veut interpeller et mettre en garde. Car, avant de proposer un remède, il faut tout d’abord poser le bon diagnostic. Il s’agit du premier pas pour restaurer dignité et sérénité dans le corps des maitres d’EPS. Ce n’est un secret pour personne : le métier d’enseignant ne fait plus rêver, encore mieux celui d’enseignant d’EPS. Il ne faut pas chercher bien loin l’origine de ce désamour : la profession est victime d’une déconsidération. Plus d’un quart de siècle de carrière pour en arriver à ce difficile constat ! Tristesse et colère. Il aura fallu tout ce temps et un décret pour réussir à me l’avouer. Pour finir par admettre ce constat et surtout à comprendre que ce n’était pas MON échec, mais celui de l’Etat que je sers. C’est bien l’Etat du Sénégal qui est en cause et que j’accuse. Je l’accuse d’être responsable de cette souffrance face à un métier que je ne reconnais plus. Quand nous ne retrouvons plus les valeurs qui nous ont portés lorsque nous avons choisi de devenir enseignants, nous ne pouvons que souffrir. Lorsque notre vocation est de transmettre des connaissances et que l’institution nous permet de le faire de moins en moins, la souffrance est inévitable. Lorsque la conscience de ne plus pouvoir enseigner correctement est éveillée, la souffrance est réelle. Lorsque nous voyons, années après années, que ce sont nos anciens élèves qui deviennent nos chefs d’établissements parce que l’Etat
pour lequel je travail n’a pas prévu pour moi un plan de carrière, la souffrance devient réelle et quotidienne. A cette souffrance chronique, je n’ai trouvé que deux remèdes, deux béquilles qui participent, ensemble, à mon équilibre : l’écriture de cette lettre, qui m’a pris je l’avoue bien des mois et mon investissement au sein de l’ANEEPS. L’écriture de cette lettre, telle une catharsis, m’a permis de mettre des mots sur nos maux, de dénoncer cette institution, dans laquelle je ne me reconnais plus et de laquelle je refuse, aujourd’hui, d’être le complice silencieux. Mon investissement au niveau de l’ANEEPS va plus loin que cette étape de dénonciation, il me permet de soutenir les nombreux collègues, qui ont besoin d’être aidés face à cette machine qui les broient. Il me permet aussi de dénoncer les dérives administratives et institutionnelles et d’apporter ma pierre au combat que mène l’ANEEPS pour une éducation physique de qualité, pour une école de la réussite pour tous. Ces deux béquilles me permettent de me tenir droit face à cette machine qui voudrait me faire courber l’échine et dont les dysfonctionnements ne cessent de peser sur nos épaules. Seront-elles efficaces et suffisantes pour les années qu’il me reste encore à exercer ? Il est des instants dans la vie d’une corporation où se taire, c’est mentir et ne pas agir, c’est trahir. J’ajoute donc, la mort dans l’âme, ma voix à cette vague d’indignation qui pleure aujourd’hui notre corporation et implore l’autorité de soigner efficacement et durablement ses plaies afin que le statut de maitre d’EPS dans le système éducatif sénégalais puisse redevenir source d’espoir et d’espérance qu’il a été dans le passé et jouer son rôle d’ascenseur social qui a permis à tant de Sénégalaises et de Sénégalais de sourire et de faire sourire . Entre vos mains, Monsieur Le Président, je pose l’AVENIR SOCIOPROFESSIONNELLE de 2451d’honnetes agents. Que nul n’ignore que nous avons largement dépassé le seuil de souffrance professionnelle humainement supportable , et qu’il ne soit jamais dit par les générations futures d’enseignants d’EPS que l’indifférence, le cynisme et l’égoïsme de notre système étatique jumelés au laxisme de nos syndicats représentatifs ont empêchés toute une génération d’honnêtes agents de l’état d’avoir un plan de carrière motivant .
Vous remerciant d’avance de l’attention que vous voudriez bien accorder à ce problème, je vous prie de croire Excellence, Monsieur le Président de la République, en notre sincère et parfaite considération.
Vive l’éducation physique et sportive ! Pour le bureau national Le Secrétaire général national Khalifa Ababacar Ndiaye Alias « Ndiayetrankil » En service au CEM de Mboro Matricule : 678557/Z Tel : 776331546/707448006