Licences de Pêche, le GAIPES brandit ses preuves

Saer Seck, président du groupement des armateurs et industriels de la pêche au Sénégal (Gaipes) dit qu’il y a d’autres urgences que de se réunir pour délivrer des licences de pêche en cette période de pandémie du COVID-19.

La commission consultative d’attribution des Licences doit se réunir tous les ans pour examiner la situation des licences.

Aujourd’hui en ces temps de pandémie rien n’est urgent.

Selon Saer Seck, « l’Ofnac est saisie pour élucider cette affaire aux soupçons de nébuleuse ».

Face à la déclaration du Ministre de la Pêche disant que l’attitude de GAIPES qui a publié la lettre dans la presse,  le président qui assume l’authenticité de la lettre ouverte, se veut clair car des situations similaires avec les licences des chinois et d’autres scandales sont des parfaites illustrations et que par conséquent il est de son devoir d’alerter et de saisir qui de droit pour ne pas faire passer les licences.

En tout état de cause,  Saer Seck est d’avis que les sociétés chinoises  cherchent à s’enrichir au détriment des sénégalais et tuent à petit feu les professionnels de la pêche  Sénégal. Le remplaçant de Mme Aminata Ndiaye, et actuel Maire du plateau Alioune Ndoye a du pain sur la planche face à la détermination des gens du secteur.

Saer Seck qui dit être dans le secteur de la pêche depuis 1978 écarte le fait que le Ministre les traitent de maitre chanteurs pour préserver le monopole du secteur, dit qu’il n y a pas de mal à défendre le secteur  car il dit ne pas comprendre pourquoi « Alioune Ndoye prend la défense des armateurs chinois au détriment des sénégalais ».

En tout état de cause,  l’affaire des licences de pêche n’a pas fini de livrer tous ses secrets