Macky Sall, bon avec Wade et dur, dur contre…Karim Wade

Retrouvailles avec Me Abdoulaye Wade : Macky Sall souffle-t-il le chaud et le froid en même temps ?

L’on ne sait vraiment pas, à quel Macky Sall, il faudra se fier ? Celui qui souffle le froid avec l’ancien Président de la République, Me Abdoulaye Wade, à qui il fait de longues accolades à la grande mosquée Massalikoul Jinann, qu’il prend à bord du véhicule présidentiel pour le déposer à son domicile et à qui il déroule quelques jours plus tard, le tapis rouge au Palais de la République ? Ou celui qui souffle le chaud avec Karim Wade, ne veut entendre parler sa réhabilitation pour sa condamnation par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI) ?

Le Président de la République, Macky Sall ne peut jouer les deux à la fois. Ou le dégel de ses relations avec Me Abdoulaye Wade considérablement dégradées par la poursuite et la condamnation de Karim Wade, est bien réel, dans ce cas, il lui doit bien accepter la réhabilitation de ce dernier. Ou alors, il joue de ruse, sait que ses retrouvailles avec Me Abdoulaye Wade ne sont pas sincères et qu’il entend toujours maintenir les poursuites judiciaires contre Karim Wade.

Le seul combat qui vaille aujourd’hui pour Me Abdoulaye Wade, c’est celui de l’arrêt de poursuites judiciaires contre son fils. Alors qu’à la veille de l’ouverture de la campagne de l’élection présidentielle de février 2019, il s’était montré radical, au point de prôner le boycott du scrutin, d’entretenir des liens avec des opposants au régime, à l’image d’Ousmane Sonko et d’Adama Gaye, Me Abdoulaye Wade ne peut pas d’un seul coup tout lâcher. En fin renard politique, si Me Abdoulaye Wade a accepté des retrouvailles avec Macky Sall, c’est parce qu’il a la garantie que son fils Karim Wade allait être libre de toutes poursuites judiciaires.

La réhabilitation pour Karim Wade, la libération pour Khalifa Sall faisaient partie des conditions de Me Abdoulaye Wade avant tout dialogue avec le Président Macky Sall. Khalifa Sall a été libéré de prison des suites de la grâce présidentielle, ne reste plus que le cas Karim Wade. Or, voilà que l’Etat du Sénégal a refusé de cautionner les déclarations à Genève de Moustapha Kâ, ex-Directeur des Droits humains. Ceci, voudrait-il dire que Karim Wade ne pas serait à l’abri de poursuites judiciaires de la part de l’Etat, s’il rentrait au Sénégal ? Malgré les retrouvailles entre son père et Macky Sall.

La rédaction de Xibaaru