Nicolas Bassene : « La jeunesse casamançaise prise en otage par… »

LA JEUNESSE PRISE EN OTAGE PAR LA POLITIQUE POLITICIENNE

La jeunesse est synonyme de dynamisme, d’innovation et est toujours actrice des grands changements du monde. Cette représentation comme les symboles d’une constance sociale avérée s’oppose à notre jeunesse casamançaise, qui, la politique politicienne domine et dicte ses lois l’éloignant de l’essentiel. Et pourtant du point de vue historique ce cliché peut être critiqué. 

La jeunesse est l’aile marchante, dynamique, innovante d’une société qui connaitrait sans elle des changements moins rapides, moins amples voire de la stagnation.

En effet, le principe de jeunesse est celui de la mobilité, de l’innovation, de la créativité s’opposant au principe du déchirement, de la calomnie, des crocs jambes…bref, des insanités auxquels nous assistons impassibles entre jeunes de la Casamance pour des questions inutiles de partisannerie, d’appartenance ou de coloration politique. O quand l’opium politicienne nous contrôle la désinsertion, l’inactivité, la déchéance socioprofessionnelle, la survenue d’infections opportunistes, la faim sont fréquents et rendent tout aussi vulnérables que les mésusages des opiacés d’aujourd’hui. 

Depuis un certain temps, une race de « grandes gueules » pourrie l’atmosphère de la Casamance surtout avec l’ouverture ou la prolifération des médias. Ainsi, des passes d’armes entre jeunes soit d’un même parti politique soit de partis politiques différents à la quête de plaire à son mentor même s’il faut sacrifier l’intérêt majeur se font remarqués chaque jour par presse interposée. 

Or, tous, nous sommes unanimes que la Casamance du fouladou au Pakao, du fogny au Kassa, du bandial au blouff,  j’en passe ça ne marche pas fort comme ça devrait l’être. Tous ne reconnaissons-nous pas que les présidents qui se sont succédé ont réalisé à des degrés différents quelques infrastructures mais qu’ils pouvaient et qu’ils devaient faire plus et mieux. 

Alors donc mes chers frères et sœurs pourquoi se tirer dessus ? La situation actuelle de notre chère région n’est pas reluisante quoi que l’on puisse dire, cela ne devrait-il pas constituer notre leitmotiv collectif, la source même de notre engagement ?

 En cela, l’utile combat qui vaille, ici, trouverait pertinence dans  notre capacité et notre volonté à se retrouver autour de l’essentiel, autour des grands enjeux du moment, tels que la PAIX pour que la voix de la jeunesse soit prise en compte, écoutée, respectée et valorisée, le DEVELOPPEMENT en se battant pour que la jeunesse soit partie prenante et actrice.

Hélas, l’admirable détention d’une élite jeune contraste avec l’attardement socioéconomique et culturel de notre chère Casamance que rien ne justifie.

Pourtant ces clichés, au-delà de leur caractère insensé doivent changer. On s’interroge sur l’alternance des dynamismes et l’assoupissement dont fait montre la jeunesse du sud.

De surcroît, on s’interroge sur notre rôle en tant que jeune, notre dépendance en réalité par rapport à la génération précédente, qui, elle a élaboré des idéologies et des stratégies pour ériger en modèle les « jeunes héros » surgissant dans un interstice que seuls eux ont le secret.

In fine, l’observation de la jeunesse en Casamance nous laisse sur notre faim. Au moment où les formes sociales, culturelles, technologiques, économiques varient sans cesse plus vite, la jeunesse du sud, qui, le rôle devrait être dans l’initiative de modifier cet état de fait. Force est de constater que l’initiative du changement, de se retrouver autour de l’essentiel, de s’accepter mutuellement et de développer la Casamance n’apparaissent pas comme un rôle dévolu à la jeunesse. C’est avec un cœur meurtri que nous voyons des batailles rangées au grand jour, normalisées auxquelles participe la jeunesse en tant qu’hoplites

Nicolas Silandibithe BASSENE