Ultimate magazine theme for WordPress.

Ouattara met en selle ses pions pour exécuter son agenda politique

Le président ivoirien Alassane Dramane Ouattara dit ADO
0

Cette subite démission-reconduction du Premier ministre Patrick Achi de son poste de Premier ministre mercredi dernier, cachait très mal la volonté du Président Alassane Ouattara de manœuvrer pour des raisons opportunément stratégiques. La nomination au poste de vice-président du désormais ex-gouverneur de la Bceao, Tiemoko Meyliet Koné et bientôt celle de Jean- Claude Brou comme son successeur et dont la mandature à la tête de la Cedeao est jugée catastrophique signent le début du déroulement d’un agenda caché de l’homme fort d’Abidjan qui compte s’appuyer sur ces deux hommes liges, prêts à servir et exécuter ses plans. Un casting raté au premier degré.

Alassane Ouattara met en selle ses jockers

Pour mener à bon port son agenda politique et monétaire, Ouattara pousse ses pions. Cette subite nomination de l’ex-gouverneur de la Bceao, Tiemoko Meyliet Koné à la vice-présidence ivoirienne et celle de Jean-Claude Brou, à la tête de la Tour Abdoulaye Fadiga sise à Dakar, alors que sa mandature à bord du cockpit de la CEDEAO a été jugée ‘’catastrophique’’ et émaillée de frictions, constitue un boulet sous la gorge. La démission du très raffiné Patrick Achi avait irradié plusieurs conjectures jusqu’aux plus insoupçonnées. Abidjan avait invoqué des raisons de « tenir compte de la conjoncture économique mondiale et la nécessaire réduction des dépenses de l’État » pour la mise en place d’un «gouvernement resserré », n’étaient que superficielles.

M. Achi reprend ainsi sa station le mardi 19 avril 2022. Sans dégâts collatéraux. Du déjà vu. Mais, selon plusieurs sources consultées par Confidentiel Afrique, les principales motivations de Ouattara résident bien dans la nomination du futur dirigeant de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (Bceao). Le Président Ouattara devant la pléthore de profils solides au bon et plein emploi, entre autres, le brillant technocrate et jeune ministre, Abdourahmane Cissé, a jeté son dévolu au finish sur Jean Claude Brou (69ans). Une source autorisée glisse à Confidentiel Afrique, que ‘’ le choix du Président Ouattara porté sur le désormais ancien président de la Commission de la Cedeao au bilan désastreux en remplacement de Koné Meyliet devenu vice-président de la Côte d’Ivoire, est un aveu d’échec ‘’. En vérité, en sortant son jocker Brou, Ouattara entend vaille que vaille poursuivre son option de régenter à sa guise les régies financières malienne et burkinabè, qu’il cherche à étouffer. C’est une Lapalissade de dire qu’Abidjan n’est pas en odeur de sainteté avec les dirigeants des deux juntes respectives aux commandes à Bamako et à Ouagadougou. Et Brou sera l’homme à tout faire d’Alassane Ouattara pour mettre en musique l’agenda du Président Ouattara et de faire passer les pilules sous la gorge des actuels tenants du pouvoir au Mali et au Burkina. Le bilan chaotique de Jean-Claude Brou à la tête de la Commission de la CEDEAO n’augure pas une embellie de ses futurs attributs, surtout, l’imminent rôle qu’il a joué au moment des sévères sanctions contre le Mali et la Guinée. À 69 ans, que peut bien apporter à la tête de la Bceao, celui que l’on présente comme un homme lige de Ouattara, prêt à tout pour respecter à la lettre ses moindres desiderata ? «ll sera très facile donc de le téléguider non pas seulement contre des putschistes à l’écrin nationaliste, mais décourager tous ceux qui seraient tentés de s’opposer au « maître d’Abidjan » commente notre source. À l’évidence, cet agenda caché d’Alassane Ouattara de propulser Tiemoko Meyliet Koné, ce pachyderme ‘’immobile’’ et Jean-Claude Brou, un looser qui n’a rien obtenu durant sa mandature à la CEDEAO, ouvre une nouvelle ligne de clivage entre les ultra-barons et technopolitiques de la galaxie Ouattara.

Si la Communauté des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) n’a toujours pas suspendu les sanctions contre le Mali comme le demande la Cour de Justice de l’Uemoa, c’est en toute vraisemblance, parce que Jean-Claude Brou, pion de Ouattara s’y oppose. Jean Claude Brou ne fera manifestement que continuer le « job » de vernis entamé à la Cedeao. Pourquoi le locataire d’Abidjan s’est-il attaché les services de ces deux hommes au moment où un vent de changement au bruit de bottes souffle dans certains pays de la région du Sahel ?

Surtout, en ces temps où son mentor veut garder intact son leadership dans la sous-région en ‘’cassant’’ du régime militaire. Jusqu’où iront Tiemoko Meyliet Koné et Jean-Claude Brou dans leur nouvelle aventure avec le Président Alassane Ouattara, lequel a ‘’tué’’ dans l’œuf tous ses potentiels dauphins ?

Source : Confidentiel Afrique

laissez un commentaire