Ultimate magazine theme for WordPress.

Paix en Casamance… Le GRPC de Robert Sagna réalise une autre prouesse à Néma Djinaré

Robert Sagna coordonnateur du Groupe de Réflexion pour la Paix en Casamance (GRPC)
0

Néma Djinaré, c’est le nom de ce village de la commune de Djibidione (Bignona) en Casamance, devenu tristement célèbre après la mort d’un jeune au mois d’Avril dernier, incident dans lequel l’armée a été citée car cela a coïncidé avec le ratissage dans la zone à la même période. Depuis lors, les populations de toute la zone sont en colère contre l’armée et l’Etat. Elles voulaient exprimer leur colère et étaient en train de s’organiser pour cela.

C’est justement au moment où une marche se préparait par les habitants de la zone du nord Sindian qui couvre les communes de Djibidione, Sindian Oulampane et vers le nord-Ouest la commune de Kataba 1 que le groupe de réflexion pour la paix en Casamance (GRPC) a décidé d’intervenir pour discuter avec des populations très en colère.

casamance
Les populations de Néma Djinaré et le groupe de réflexion pour la paix en Casamance

Un forum a alors était tenu Jeudi dernier à la place de la marche que voulaient faire les habitants de la zone. Le format retenu par les responsables du Groupe de réflexion pour la Paix en Casamance (GRPC) est de donner d’abord la parole à la population afin qu’elle se prononce sur sa conception de la paix et les actes à poser pour y parvenir. Dans un langage franc, hommes et femmes, jeunes et moins jeunes ont regretté les incidents qui se produisent régulièrement quand l’armée fait un ratissage dans leur zone avec quelques fois « des personnes qui perdent la vie ».

Ils ne comprennent pas que « l’armée qui est censée les protéger se retrouve au banc des accusés ». Les habitants du nord Sindian se sentent « oubliés » par l’Etat faisant allusion au manque d’infrastructures sociales de base qui devraient être la locomotive de leur développement.

Prenant la parole en l’absence du Ministre d’Etat Robert Sagna coordonnateur du GRPC empêché, Yaya Mané, Atab Bodian et Ibrahima Ama Diémé sont revenus amplement sur la mission du GRPC qui consiste à écouter les différentes parties prenantes, faire en sorte que les gens se parlent afin  de réfléchir sur les voies et moyens à utiliser pour aller vers une paix définitive au sud du pays. Après avoir expliqué aux populations les acquis obtenus grâce au travail de terrain fait par le GRPC, les ardeurs se sont calmées et ils ont bénéficié de l’attention de tout le monde.

A leur tour, les responsables du GRPC ont tenu un langage de vérité empreint de sagesse et de nature à faire comprendre à tout le monde que la seule voie à suivre pour l’intérêt de tout le monde est celle de la paix. « Nous voulons des infrastructures de développement, oui, mais cela ne peut se faire que dans la quiétude… » a déclaré en diola Ibrahima Ama Diémé pour dire aux populations que tant qu’il n’y a pas de stabilité dans la zone, il sera difficile pour l’Etat, ses partenaires et les entreprises d’intervenir dans la zone.

Concernant les programmes et projets initiés par l’Etat, le GRPC a invité les populations notamment les jeunes à aller vers et éviter de marcher en dehors de l’Etat et ses démembrements qui sont mis en place jusqu’à leur localité rien que pour les aider sur tous les plans, donc tout doit partir de là.

Le problème de l’enclavement a été posé car faute de bonnes routes, les populations sont tournées vers la Gambie voisine et cela a des conséquences sociales et économiques pour la zone. Le matériel agricole est aussi un besoin vital pour ces populations de retour de la Gambie. Sur cette question, le porte-parole du GRPC, Ama Diémé a indiqué qu’il faire le plaidoyer au niveau des autorités régionales et nationales

Au demeurant, le GRPC a réussi à installer un climat de confiance avec les populations de Néma Djinaré et environs qui espèrent en fin et désormais avoir un interlocuteur fiable et crédible qui comprend bien les enjeux. Le sentiment de méfiance qui régnait avant la rencontre à laissé place à une communion et une complicité naissante entre le GRPC et les populations de Casamance. Le groupe de réflexion pour la paix en Casamance s’engage à accompagner les populations du nord sindian afin qu’elles se sentent plus sénégalaises et qu’elles fassent confiance aux autorités de leur pays et à leur armée nationale qui travaillent pour leur sécurité et leur bienêtre

D’autres rencontres sont prévues pour poursuivre la réflexion

L.BADIANE pour xibaaru.sn

laissez un commentaire