Pandémie du covid-19 : La CSA rend responsable le système capitaliste

La commémoration de la Journée Internationale du Travail se tient dans un contexte d’une crise pandémique du COVID-19 aux conséquences sanitaires, économiques et sociales catastrophiques. Toute la bataille de l’humanité est de contenir puis d’éradiquer cette infection virale le plus vite. Les conséquences économiques de cette pandémie seront sans doute aussi graves que la crise économique de 1929 pouvant être la crainte de la révolte économique.

Le monde du travail sera particulièrement vulnérable avec les pertes d’emplois estimées à 305 millions cette semaine selon l’OIT.

Le système capitaliste est en partie responsable de cette pandémie avec les politiques néolibérales qui ont partout affaibli les services publics dont le système de santé au point de favoriser une ampleur considérable à l’infection virale dans les pays. Vraisemblablement, cette crise sanitaire sans précédent exacerbera la crise du capitalisme financiarisé qui a tourné le dos à la satisfaction des besoins de l’humanité en termes de production d’emplois et d’accès à la population aux services publics de qualité. Au Sénégal comme par ailleurs en Afrique, à l’après COVID-19, il y aura un risque réel d’effondrement de l’économie avec la baisse très sensible des taux de croissance économique et de nombreux secteurs de production à fort taux d’emplois totalement sinistrés (Transports aériens, tourisme, hôtellerie etc.).

Pour aider à contenir cette crise économique et à amorcer le redressement, l’annulation de la dette extérieure africaine est une exigence parfaitement fondée. C’est pourquoi, les Organisations syndicales de travailleurs, les OSC, la CEDEAO et l’Union Africaine devront être en synergie pour mener le combat de l’annulation de la dette au taux d’intérêt usurier.

Dans la gestion de la crise pandémique avec toutes ses conséquences possibles, la CSA salue les mesures fortes prises par les pouvoirs en vue de son endiguement et pour conjurer les conséquences économiques et sociales désastreuses. Notre Centrale salue à cet effet les mesures de protection des travailleurs salariés à travers l’Ordonnance n°001-2020 du 08 Avril 2020.

Dans ce contexte de pandémie, la CSA invite toutes les entreprises privées à la mise en place de comités d’hygiène et de sécurité fonctionnels dans l’intérêt de la santé de tous les travailleu-rs-ses.

Elle se félicite de la large concertation qui a prévalu avant la mise en place de FORCE COVID-19 et de la création d’un comité de suivi de sa gestion.

Aussi, la CSA félicite et encourage les personnels de santé qui sont sur la ligne de front du combat pour vaincre le COVID-19. Elle apprécie à sa juste valeur la forme de motivation qui leurs a été accordée à juste titre et souhaite qu’elle soit étendue à tout le personnel.

La CSA confirme sa solidarité à tous les travailleurs et à tout le peuple du monde, tous fortement préoccupés par les conséquences sanitaires et économiques de cette effroyable pandémie virale sans précédent dans l’histoire par son ampleur et ses effets dévastateurs.

Dans la même lancée, elle exige la levée des sanctions économiques injustes et criminelles contre le Peuple de Cuba, du Venezuela, d’Iran, de la Russie et de la Corée du Nord. Elle dénonce les guerres illégitimes imposées à la Syrie, à la Palestine et au Yémen.

Enfin, elle condamne avec vigueur les agressions terroristes barbares contre des pays sahéliens : Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad, Nigéria et Cameroun.

La CSA souhaite à tous les travailleu-rs-ses du Sénégal une bonne fête du 1er MAI dans la méditation et les prières pour l’extinction au plus vite de cette pandémie virale.

Vive le 1er MAI !!!

 

Dakar, le 1er/05/2020

Pour le Bureau Confédéral de la CSA,

Le Secrétaire Général