Ultimate magazine theme for WordPress.

Pr Kitane : « Notre société manque d’empathie envers les femmes…»

Alassane KITANE professeur de philosophie à Thiès
0

Cancer du sein et … : notre société manque d’empathie envers les femmes

« À une époque, le leadership résidait dans les muscles. Aujourd’hui, il réside dans la façon de traiter les gens. » Mahatma Gandhi.

Nos femmes politiques ont beaucoup conquis, il faut le reconnaître. En plus de s’être émancipées de l’ostracisme des mâles, elles ont contribué à libérer notre société de certaines pesanteurs traditionnelles handicapantes. La parité est une victoire pour les féministes et, dans une certaine mesure, un progrès pour la société (même si c’est discutable). Mais combien de femmes sont concernées par la parité ? Les femmes leaders me répondraient : elles en bénéficient toutes, ce qui est dans une certaine mesure vrai. Mais les élites féminines doivent faire plus et mieux : leurs sœurs sont dans des conditions parfois inhumaines. La femme sénégalaise doit être mieux traitée. Or mieux traiter une femme, c’est d’abord prendre en charge sa condition de femme. Libérer la femme, c’est faire de sorte que la féminité ne soit point ou plus un handicap. Chaque être humain est un trésor de potentialités, une mine de savoir, de savoir-faire, de richesses à valoriser ou à faire éclore.

Si on me demandait de définir aujourd’hui l’humanisme, je dirais qu’il est une attitude à la fois intellectuelle et morale consistant à permettre à chaque individu, quelle que soit sa condition, de tirer le maximum de biens et d’épanouissements de sa condition humaine, de son humanité. L’homme est une infinité de possibles, l’ignorer, c’est ne rien comprendre à la nature humaine. Si la nature physique (dépourvue de conscience) devient une infinité de possibilités dès qu’elle est entre les mains de l’homme, que dire de l’homme lui-même ? Du végétal on fait de la viande, des déchets on fait de l’énergie, on clone les végétaux et les animaux… : c’est parce que la nature est l’œuvre de Dieu que ce qu’elle renferme est un trésor inconnu, une richesse que seule l’ignorance nous occulte. Quid de l’homme alors ? La culture et la civilisation nous montrent que l’homme est un horizon illimité. Pascal avait déjà dit que l’homme doit passer indéfiniment l’homme ! C’est cette conception de l’homme qui doit nous guider dans l’éducation de nos enfants et dans le traitement des femmes. Hommes et femmes sont égaux, personne n’en doute : mais chacun a ses spécificités.

Or il semble que notre société est paramétrée de sorte qu’elle soit plus propice à l’épanouissement des hommes que des femmes. La femme n’est pas le sexe faible, elle est simplement affaiblie par l’ordre social. Soyons plus attentifs envers les femmes de notre pays : elles souffrent. Le cancer du sein et d’autres cancers font des dégâts que la société doit prévenir dans la mesure du possible. Une fois malades, certaines femmes de la campagne sont victimes d’un rejet instinctif de la part de leurs proches. Cette maladie est gênante, elle détruit psychologiquement avant de vous détruire physiquement. Nous devons faire quelque chose ! Soyons plus attentifs envers les femmes, elles souffrent terriblement. Elles cachent certaines maladies injustement considérées comme infamantes. Elles sont ruinées financièrement, ostracisées socialement, et défaites psychologiquement. Ça doit cesser, car la société, l’humanité n’ont pas le droit de baisser les bras et d’abandonner une partie d’elle-même.

Nos femmes sont battues, violées, insultées, exploitées financièrement (dans certains cas) et quand elles tombent malades, on fait comme si elles en étaient responsables. Notre société manque terriblement d’empathie : les victimes y sont très souvent les coupables.  Il en est ainsi du viol, mais également de la maladie. C’est la société qui est pourtant coupable dans tous ces deux cas. Les violeurs sont mal éduqués, peu sanctionnés comme si la société avait peur de se regarder dans la glace et de constater son échec dans l’éducation de ses enfants. Il faut faire de sorte que les sanctions soient telles que même un fou hésitera avant de passer à l’acte de viol. Le cancer du sein, comme les autres maladies, a des causes naturelles, c’est évident : mais a-t-on investi suffisamment des moyens dans la lutte en amont et en aval contre cette maladie ? Le cancer est une maladie coûteuse, suffocante : une terrible maladie ! Et parfois, c’est une famille qui est ravagée : il y a assurément un déficit d’information et de suivi.

Il faut faire confiance à la science, or la seule façon de lui faire confiance, c’est de la financer de façon substantielle en lui assignant des objectifs. Le Sénégal doit faire une option sérieuse, sur-prioritaire, pour la recherche. On ne réduit pas le cancer par des déclarations du genre : « dans dix ans il faut éradiquer ceci ou cela ». Non, la meilleure façon de lutter contre ces maladies, c’est de permettre à nos scientifiques de se mettre à niveau (relativement à l’état de la recherche dans le monde) et à leur fixer des objectifs. Mais auparavant, il faut des laboratoires ultra modernes, des structures hospitalières spécialisées, de plateaux techniques très relevés. Ce n’est pas tout, il faut travailler à prévenir certaines maladies en luttant contre les causes de stress. Nos femmes souffrent psychologiquement, car notre conception de la condition féminine a stagné dans le progrès dont nous nous gargarisons ; elle n’est fondée ni sur la science ni sur la religion.

 

Alassane K. KITANE

laissez un commentaire