Rapports de l’IGE : La société civile sénégalaise demande des sanctions

La société civile réagit à la publication des rapports de l’Inspection générale d’Etat (Ige) déposés, hier lundi, sur la table du président de la République. Dans ces rapports, les limiers de François Collin ont épinglé des personnalités et institutions de la République.

Pour le leader de Leg Africa, il faudrait des sanctions car ces rapports se suivent et se ressemblent. « Ces rapports, chaque année, se ressemblent, c’est les mêmes faits presque qui reviennent. Donc, c’est seulement d’une institution à une autre. Ce qui veut dire que chaque rapport est l’échantillon de la façon dont sont gouvernées nos institutions et (de la gestion) de nos derniers publics », précise Elimane Kane sur les ondes de la Iradio.

Qui rajoute :  « Ils doivent être sanctionnés sur le plan administratif s’ils sont toujours au poste. S’ils ne sont plus aux affaires, il y a toujours la possibilité d’entamer une action judiciaire au cas où la faute que l’agent aurait commise serait assez grave ».

Un avis que partage Valdiodio Ndiaye. « Si nous voulons asseoir un Etat de droit, il est absolument nécessaire d’aller dans le sens qu’il n’y ait plus d’impunité. Il faudrait que le principe de la reddition des comptes soit totalement institué. Et que chaque responsable qui a en charge ces genres des questions soit appelé de manière objective à répondre de ses actes », a déclaré ce membre du Collectif des organisations de la société civile.

Et selon lui : « Il faut toujours donner la possibilité aux personnalités qui ont été épinglées, pour des questions de parallélisme de formes, mettre en évidence également leurs réponses ».