Ultimate magazine theme for WordPress.

Sonko défie la police et piétine le travail des khalifes généraux

0

Sonko arrête la Police, appelle à la révolte et défie les Khalifes

Le Sénégal est sur la voie de faire partie des pays où la violence règne en maitre. Et cette violence y est implantée par ses hommes politiques qui ne sont mus que par leurs intérêts personnels. Les discours virulents de Ousmane Sonko ont fini par plonger les sénégalais dans une peur bleue. Depuis le mois de mars, le leader du parti des Patriotes du Sénégal pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité (Pastef) ne cesse de demander aux jeunes de se soulever contre le régime en place. Foulant du pied les recommandations des Khalifes généraux, qui depuis les tragiques évènements du mois de mars, ne cessent d’appeler au calme.

L’obsession pour le pouvoir est en train de changer Ousmane Sonko. Plus jeune candidat lors de la présidentielle de 2012, le patriote en chef faisait rêver plus d’un. Les jeunes voyaient en lui un « espoir » pour se débarrasser du système en place. Mais il a fallu peu de temps pour que les sénégalais se rendent comptent qu’il n’est pas différent des personnes qu’il dit combattre. Pire l’image de Sonko est associée à la violence et la défiance aux institutions de la République. Les discours de feu qu’il tient, pose le doute sur sa capacité à gérer un pays aussi pacifique que le Sénégal.

Après les évènements de mars, tout le monde pensait que Sonko allait, désormais, agir en véritable leader. Mais malheureusement, tel n’est pas le cas. Après la mort des « martyrs » du mois de mars, le député accusé de viol continue d’appeler les jeunes à se sacrifier pour sa cause. « Soyons tous prêts au sacrifice car il y va de l’avenir de ce pays et de celui de nos enfants et petits-enfants », écrivait Ousmane Sonko, sur Facebook en réaction aux accrochages qui ont eu lieu entre partisans de Moustapha Guirassy et la Police.

Une nouvelle incitation à la violence de l’homme qui voudrait diriger ce pays en 2024. En bon responsable politique, le leader de Pastef se devait d’inciter les jeunes à aller s’inscrire massivement sur les listes électorales et non se faire tuer dans les rues. Malheureusement, lui, il préfère la manière forte. Mais si Macky Sall et Abdoulaye Wade n’ont pas réussi à brûler ce pays, Ousmane Sonko n’y arrivera jamais.

Son amour pour le pouvoir ne devrait pas le pousser à se faire détester par les sénégalais. L’image de lui et de ses gardes du corps arrêtant un policier dans l’exercice de ses fonctions, est toujours fraîche dans la mémoire collective. Alors poser les germes d’une deuxième vague ne ferait que le mener vers sa perte. A la limite, Ousmane Sonko défie l’autorité religieuse dans ce pays. Car depuis le mois de mars, les Khalifes généraux ne cessent de lancer des appels au calme.

Alors appeler à une « résistance totale » revient à annihiler les efforts consentis par ces hommes de Dieux. Et au-delà des appels au calme, Serigne Mountakha Mbacké, Khalife général des Mourides, avait dégagé une enveloppe de 50 millions pour les victimes des évènements du mois de mars. Tout cela pour une paix et une cohésion sociale durables. Des mots absents dans le dictionnaire de Sonko.

« Marchons vers l’essentiel », cette phrase de Barthélemy Dias devrait être le nouveau slogan des jeunes. Et marcher vers l’essentiel signifie trouver les voies et moyens de sortir le pays de sa pauvreté mais aussi continuer à sauvegarder nos valeurs d’antan. Et Ousmane Sonko devrait être le premier dans ce combat s’il veut, un jour, diriger le Sénégal.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

laissez un commentaire