Ultimate magazine theme for WordPress.

Sonko défie Macky sur le terrain…des jeunes vont encore mourir

2

A quelques jours des élections législatives du 31 juillet 2022, les démons de la violence font leur apparition sur le terrain politique. La dernière manifestation de l’opposition, avec son lot de morts, est l’un des derniers actes posés par une partie de l’opposition. Alors que les sénégalais pensent en avoir fini avec les morts inutiles, une nouvelle manifestation est annoncée par Yewwi Askan Wi.  Avec le contexte électoral, cette manif ne sera surement pas autorisée. Ce qui risque d’ajouter de nouveaux noms sur la liste macabre.

Le 29 juin, c’est la nouvelle date retenue par Yewwi Askan Wi pour faire face à ce qu’elle appelle la « dictature rampante » de Macky Sall. Et c’est Ousmane Sonko qui dévoile la date de cette nouvelle manifestation, ce lundi face à la presse. Très sûr de lui, le leader du parti des Patriotes du Sénégal pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité (PASTEF) prédit même son arrestation. « Nous allons manifester sans ou avec autorisation…Macky Sall va m’arrêter ou me tuer », déclare-t-il.

sur

Cette déclaration du maire de Ziguinchor risque de jeter le feu sur la situation actuelle. Depuis quelque temps, opposition et pouvoir s’accusent sur les responsabilités de ces nombreux morts lors des manifestations. Xibaaru va tenter de situer les responsabilités pour que nul n’en ignore. Et le premier responsable est sans doute Ousmane Sonko. Le patriote en chef a réussi à embarquer certains jeunes dans ses discours va-t’en-guerre au moment où il négocie pour que ses enfants aillent faire cours sans embûche. Déjà lors des évènements de mars 2021, treize (13) jeunes, devenus des martyrs, sont tombés dans différentes régions du pays.

Leur seul péché était d’avoir répondu à l’appel du leader de Pastef. D’ailleurs lors de sa visite chez le khalife général des mourides, Serigne Mountakha Mbacké Bassirou avait rappelé à Ousmane Sonko la sacralité de la vie humaine. Malheureusement, il n’a pas appris la leçon sinon, le patriote en chef n’allait pas demander aux jeunes de défier les autorités le 17 juin. La conséquence de cet entêtement de Ousmane Sonko et des leaders de Yewwi a coûté la vie à trois jeunes. Trois décès qui pouvaient être évités s’ils s’étaient conformés aux recommandations des autorités préfectorales…

Malheureusement ces leaders qui ont reconnu leurs erreurs sur la confection de leurs listes n’en ont fait qu’à leur tête. Pire, ils appellent encore ces jeunes à un nouveau « suicide », le 29 juin 2022. Mais Ousmane Sonko n’est pas le seul et unique responsable de la situation actuelle. Si Sonko envoie les jeunes à « l’abattoir », le pouvoir se charge de les « exécuter ». Le locataire du Palais est devenu un acteur majeur dans le jeu mortel de Sonko. Il répond au coup du leader de Pastef par des coups.

sur

Macky Sall est aussi responsable que Ousmane Sonko. C’est lui que les sénégalais ont élu. Et il a l’obligation de garantir un climat social apaisé et d’organiser des élections libres, démocratiques et transparentes. Malheureusement, il est regrettable de constater un recul démocratique flagrant conduisant à des tensions sociales qui risque d’entraîner le Sénégal vers des lendemains sombres. En se laissant emporter dans le jeu de Sonko, le président de l’Union Africaine ternit son image à l’étranger et celui du Sénégal qui était un modèle de démocratie.

Au lendemain des évènements du mois de mars, le Gouvernement du Sénégal dans son mémorandum rendu public le 8 avril 2021 avait annoncé une enquête pour situer les responsabilités sur la mort des treize (13) jeunes mais jusqu’à présent, rien n’a été fait pour situer les responsabilités. Et maintenant trois nouveaux décès s’ajoutent à cette liste macabre.

Il est temps pour les sénégalais de dire la vérité à Ousmane Sonko et à Macky Sall. Ces deux leaders sont les seuls et uniques responsables de ces morts. Leur règlement de compte politique ne doit plus envoyer des jeunes à la morgue. Il est impératif que les rares jeunes qui foncent tête baissée se réveillent et évitent de devenir l’agneau du sacrifice de politiciens sans scrupules.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

Afficher les commentaires (2)