Ultimate magazine theme for WordPress.

Sonko ne négocie pas et ne dialogue pas…il dicte ses règles par force

0

Ousmane Sonko impose son diktat à Ziguinchor

Le leader du parti des patriotes Africains du Sénégal pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité (PASTEF) est un véritable prodige politique. Ousmane Sonko a réussi à imprimer sa marque sur la scène politique. En un temps record, il est devenu le leader de l’opposition radicale. Il a bousculé les vieux dinosaures pour être le patron. Ce qui a séduit bon nombre de jeunes. Mais ce pacte de confiance qui lie Sonko et les jeunes commence à s’effriter dans la capitale du Sud. Pour éviter de perdre la face devant ses adversaires, le maire de Ziguinchor marque déjà les limites de son territoire…

sonko
Les étudiants devant la mairie de Ziguinchor

S’il y’a une personne qui n’aime être contrariée, c’est bien Ousmane Sonko. Les manifestations des étudiants de Ziguinchor à l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD) l’ont fait sortir de son silence. Ces étudiants sont même allés jusqu’à utiliser les mêmes armes de Sonko contre lui. En guise de riposte, le maire de Ziguinchor a organisé un point de presse. Prenant la parole, le leader de Pastef a fait comprendre qu’il ne va pas céder à la pression de ces étudiants. Car selon lui, «ils sont manipulés». Sonko ne s’arrête pas en si bon chemin, il a pris une décision radicale pour imposer de nouvelles règles de jeu.

« A partir du 30 janvier, j’arrête le contrat. Moi, personne ne peut m’intimider. S’ils (les étudiants) veulent protester, que l’Etat les encadre pour qu’ils aillent brûler la ville de Ziguinchor s’ils le peuvent », dit-il. Le maire définit ainsi les règles du jeu. «J e n’abandonne pas les étudiants. Mais si on signe avec le bailleur de l’immeuble, celui-ci ne sera plus géré par les étudiants, mais par un salarié de la mairie de Ziguinchor. La commission sociale de la Mairie va gérer l’immeuble. Il sera interdit à tous les étudiants de faire de la politique.

Les étudiants signeront tous un papier pour accéder à cet immeuble et celui qui fera de la politique au sein de l’immeuble sera exclu », telle est la nouvelle résolution de l’homme fort de la Casamance.

sonko
le maire de Ziguinchor

En français simple, Ousmane Sonko impose son diktat aux étudiants. Toute personne qui voudra rester dans cet immeuble doit accepter ce que Ousmane Sonko a dit ou qu’il dégage. Le tout puissant maire de Ziguinchor sort les crocs pour gérer sa ville. Une nouvelle forme de dictature selon bon nombre de sénégalais qui estime que le leader de la coalition Yewwi Askan Wi n’a pas à imposer aux étudiants sa vision. Sonko vient de se lancer dans une situation très dangereuse pour lui. Toutes les personnes qui ont entrepris un bras de fer avec les étudiants l’ont payé cash et le patriote en chef ne fera pas exception.

En voulant confier à la commission sociale de la mairie de Ziguinchor la gestion de l’immeuble des étudiants, Sonko a commis une grossière erreur pour quelqu’un qui, jadis, fût étudiant. Les structures estudiantines doivent rester autonomes de toute administration et sous le contrôle des étudiants. Vouloir mettre la main dessus jusque par qu’on est le maire relève du domaine de l’autoritarisme. L’un des pires défauts que puisse avoir un dirigeant. S’agissant de la politique, ses immeubles et les campus sociaux des universités ont toujours été les greniers d’initiation à la politique.

Par cette déclaration, Ousmane Sonko vient de montrer à nouveau qu’il n’est ni un bon démocrate ni un bon maire. Et les Sénégalais sont à présent conscients qu’il manque encore beaucoup de choses au patriote en chef pour qu’il devienne chef d’Etat. La qualité première d’un dirigeant c’est de savoir dialoguer avec son peuple. On ne peut pas imposer à toute une communauté, sa propre vision. Le « burok » est en train de heurter les habitudes à Ziguinchor ce qui n’est pas du goût de tout le monde. Hier c’était les agents municipaux et les commerçants, aujourd’hui, ce sont des étudiants qui dénoncent la gestion de Sonko. Reste à savoir qui seront les prochains à dire stop à leur maire.

Cette manière de faire de la politique risque de perdre Ousmane Sonko. Le leader de Pastef n’est pas sans savoir qu’en politique rien ne s’arrache. Surtout quand on occupe certains postes de responsabilité. D’ailleurs, c’est par des négociations qu’il a accepté de rejoindre les éléments du système pour combattre Macky Sall. S’il s’entête à vouloir gérer la municipalité de Ziguinchor selon ses humeurs, il risque de ne pas faire long feu comme maire. Ce qui ne sera pas sans incidence sur ses ambitions politiques. Les sénégalais n’aiment pas les présidents autoritaires. S’il en doute, il peut poser la question à Macky Sall.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

laissez un commentaire