Ultimate magazine theme for WordPress.

Sonko perd complètement le contrôle à Ziguinchor…2024 compromis

0

Ousmane Sonko est obnubilé par le fauteuil de Macky Sall. Mais le chemin de la présidence sera tumultueux pour le leader du parti des Patriotes Africains du Sénégal pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité (PASTEF). Il devra batailler fort pour voir son plus grand rêve devenir réalité. Au-delà du dossier de viol qui le suit, le maire de Ziguinchor doit régler un autre problème encore plus complexe. Le patriote en chef a perdu le contrôle dans sa base arrière. Ce qui compromet les chances de Sonko d’être le cinquième président de la République du Sénégal…

sonko« Nul n’est prophète chez soi », il n’aura pas fallu longtemps à Ousmane Sonko pour comprendre cette phrase de l’Evangile. En effet, le maire de Ziguinchor ne contrôle plus rien dans le Sud. Cette partie du Sénégal est la base politique du patriote en chef. Depuis son arrivée sur la scène politique, il a réussi à s’implanter dans la Casamance. Lors des dernières élections, le principal adversaire de Macky Sall y a fait une razzia. Tous les gros bonnets de Benno Bokk Yakaar ont été battus par Ousmane Sonko. Hélas, le règne de Sonko aura été de courte durée. Sa politique de rigueur dans le Sud est en train de le perdre.

Ce sont les étudiants de Ziguinchor à l’Université Cheikh Anta Diop qui ont délié les langues des Ziguinchorois. Depuis leurs dernières manifestations, ils ont ouvert la boîte à pandore. Et il faut dire que Sonko n’a pas laissé le choix à ses administrés. Sa dernière sortie a été désastreuse. « Ousmane Sonko est certes le maire, mais il pouvait ne pas tenir sa dernière conférence de presse. Tout ce qu’il a dit pouvait se faire en secret entre lui et les étudiants. Mais en faisant cette déclaration, ce sont tous les fils de la Casamance qu’il défie. Derrière ces étudiants, il y a aussi leurs parents », lance une source de Xibaaru fraîchement revenue de la capitale du Sud.

Ce haut dignitaire « casaçais » ne s’arrête pas en si bon. Toujours selon lui, les manifestations des étudiants sont loin de ce que le leader de Pastef a déclaré lors de son dernier point de presse. « Les étudiants se sont bien fait entendre contrairement à ce que dit le maire. Ils ont allumé des pneus dans pratiquement toutes les grandes artères de la ville », renseigne-t-il.

sonkoNotre source en profite pour nous donner le véritable fond du problème entre le présumé bourreau de Adji Sarr et les étudiants. Si ces jeunes sont descendus dans les rues, c’est parce qu’il ne digère la maison de plus de 100 millions que le patriote en chef s’est achetée à Ziguinchor. Et les 20 millions qu’il a offerts au rappeur Niit Doff au moment où les étudiants courent derrière la municipalité pour leur logement.

A travers son projet « Burok », Ousmane Sonko est en train de changer les habitudes dans la ville de Ziguinchor. Mais ces changements ne font pas l’unanimité. Beaucoup de sages reprochent à Sonko d’ignorer les réalités de la Casamance. D’où les regrets de certains Ziguinchorois d’avoir porté Ousmane Sonko à la tête de la mairie. Et si le leader de l’opposition radicale continue de faire outre les traditions dans le sud, il ne verra pas de quoi est fait le fauteuil présidentiel. A treize mois de la présidentielle de 2024, il serait fatal pour Sonko de perdre sa base politique pour des broutilles.

Ousmane Sonko se retrouverait à la merci de ses adversaires. L’affaire Sweet Beauty, dans laquelle il est accusé de viol, a complètement réduit ses chances pour 2024. Les nombreuses candidatures au sein de l’opposition et l’obsession de Macky pour le troisième mandat place Sonko en très mauvaise position. Ziguinchor devait être le poumon de la campagne de Sonko. Mais ses décisions unilatérales sont en train de torpiller toutes ses chances pour la présidentielle. Un nouveau type de politique s’impose en Ziguinchor si le patriote en chef veut réaliser son rêve.

Malheureusement Ousmane Sonko est du genre tenace. Quand le leader de Pastef a une idée en tête, rien n’y personne ne peut l’en dissuader. Le maire de Ziguinchor compte aller jusqu’au bout de sa logique pour faire bouger les choses dans le sud. Mais ce pari est très risqué pour toute personne qui sait comment se passent les choses en Casamance, une région ancrée dans la tradition. L’entourage de Sonko doit le résonner. Dans le cas contraire, Pastef devra encore attendre avant de se voir sur le haut des marches du Palais de la République.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

laissez un commentaire