Ultimate magazine theme for WordPress.

Sonko suscite la peur et la terreur…Les confréries menacées de disparition

0

Pour la première fois dans l’histoire du Sénégal, un candidat à la présidentielle suscite autant de peur et de crainte avant même l’élection présidentielle. D’Abdou Diouf à Macky Sall en passant par Abdoulaye Wade, tous ces Présidents ont créé l’espoir chez les populations et ont été élus et réélus. Mais le cas Sonko est assez spécial. Son nom est associé à terreur, injures sur les réseaux sociaux et menaces sur les confréries qui ont toujours été nos régulateurs sociaux. A treize (13) mois de la présidentielle, comment Ousmane Sonko pourra-t-il inverser cette tendance et susciter plus d’espoir que de crainte chez les populations ?

En vérité, Ousmane Sonko aura beau faire, mais aux yeux de tout le monde, il reste ce chef de parti politique, hostile aux guides religieux, aux confréries de manière générale. Ousmane Sonko, malgré les apparences, est un salafiste. Il a été obligé de faire acte d’allégeance auprès de Serigne Abdou Mbacké de Darou Mouhty que parce que le contexte l’y a obligé…

sonko
Adji Sarr (à gauche) et Sonko (à droite)

Ousmane Sonko est sous la menace d’un emprisonnement si le tribunal le juge et le condamne suite à la plainte déposée contre lui par Adji Sarr qui l’accuse de viols répétitifs. Il avait réussi en mars 2021, lorsque cette affaire avait éclaté, de manipuler une partie de l’opinion en se faisant passer pour la victime d’un « complot » ourdi par l’Etat. Ce qui avait conduit aux sanglantes émeutes qu’on avait connues. Mais c’est peine perdue, il sait qu’il n’échappera pas à une poursuite judiciaire.

Contre toute attente donc, Ousmane Sonko jusqu’ici hostile aux dignitaires coutumiers, religieux ainsi qu’aux différentes confréries, a décidé de faire acte d’allégeance auprès de Serigne Abdou Mbacké. De la supercherie ! Il ne s’agit que d’un acte opportuniste de sa part. Lui qui a toujours manqué de respect aux guides religieux. Comme le témoigne, l’une de ses rares visites à Touba, durant laquelle, il a royalement ignoré le porte-parole du Khalife général des mourides, Serigne Bassirou Abdou Khadre Mbacké, en refusant de lui rendre visite.

Ousmane Sonko a toujours eu des rapports heurtés avec les chefs religieux. A Pire, où il vient de se rendre, ni le guide religieux, ni son porte-parole n’ont voulu le recevoir. Même les populations n’ont pas voulu l’accueillir. Cela va se poursuivre ainsi dans d’autres foyers religieux. Tout le monde sait que, Ousmane Sonko est un homme rancunier, et qu’à la moindre occasion, s’il devient Président de la République, il va s’en prendre aux foyers religieux.

sonko
Ousmane Sonko (à droite) et son guide spirituel Serigne Cheikh Abdou Mbacké

Malgré son allégeance au mouridisme, Ousmane Sonko reste un salafiste qui ne peut supporter les confréries. Auprès des différents foyers religieux qui font la particularité d’un pays comme le Sénégal, le leader du Pastef n’inspire guère confiance. Ousmane Sonko pousse l’outrecuidance jusqu’à ignorer parfois les appels des chefs religieux. Il en était ainsi, lorsqu’il avait catégoriquement refusé de signer le pacte pour des élections locales apaisées initié par la société civile avec la bénédiction des chefs religieux.

Ousmane Sonko tente désespérément d’effacer son image d’homme hostile aux confréries religieuses. C’est peine perdue. Aucun chef religieux ne lui fait confiance. Surtout qu’il est connu comme étant un homme versatile. Il en donne la preuve tous les jours. Ousmane Sonko cherche à se rapprocher des chefs religieux, à moins de deux ans de l’élection présidentielle de février 2024, que parce qu’il a besoin de conquérir l’électorat auprès des talibés des différentes confréries.

Sa marge de manœuvre se trouve assurément réduite. Tant, il n’a cessé de vilipender les chefs religieux, et a eu même l’outrecuidance de pousser le bouchon trop loin en laissant ses sbires comme Mollah Morgun ou encore Ousseynou Seck alias « Akhénaton-Aton » s’attaquer aux khalifes généraux sur les réseaux sociaux. Un signe d’irrespect et un manque de considération vis-à-vis de tous les chefs religieux.

Papa Ndiaga Dramé pour xibaaru.sn

laissez un commentaire