Texas : Une policière blanche abat son voisin noir…

La policière de 31 ans, qui a tué son voisin du dessus en rentrant chez elle, assure qu’elle s’est trompée d’appartement

La policière blanche qui a abattu un voisin noir, en septembre en 2018 à Dallas (Texas), a fait « une tragique erreur » de jugement en se trompant d’appartement, a déclaré son avocat, ce lundi.

Le 6 septembre 2018, Amber Guyger, une policière de 31 ans, rentre chez elle à la fin de son service quand elle tue son voisin du dessus, Botham Jean, un homme de 26 ans originaire de l’île de Sainte-Lucie dans les Caraïbes.

Les charges passées d’« homicide involontaire » à « meurtre »

Elle assure être sortie de l’ascenseur au mauvais étage et être entrée sans se rendre compte de son erreur dans l’appartement de son voisin, dont la porte n’était pas fermée à clé. Dans la pénombre, pensant avoir affaire à un intrus, elle avait ouvert le feu sur le jeune homme, avant d’appeler les secours. Ce dernier avait été admis à l’hôpital où il avait succombé à ses blessures. Initialement poursuivie pour « homicide involontaire », Amber Guyger est désormais accusée de « meurtre » et encourt la réclusion à perpétuité.

Elle a été licenciée de la police de Dallas, où elle travaillait depuis quatre ans. Le procès de la jeune femme – qui a débuté au début du mois de septembre – se poursuit et à la barre, lundi, le procureur Jason Hermus a souligné les nombreuses occasions manquées par la policière pour comprendre qu’elle s’était trompée d’étage. « Elle passe devant 16 appartements et ne voit aucun numéro 4 », a-t-il lancé.

L’absence de marquage dans les couloirs du complexe résidentiel mis en avant

Pour son avocat Robert Rogers, la policière a fait une « tragique erreur » de jugement. Sa cliente pensait « fermement et de manière raisonnable » qu’elle était dans son appartement, a dit Robert Rogers aux 12 jurés, et elle « n’avait pas d’autre choix, pas d’autre option que d’utiliser son arme pour ne pas mourir ».

Il a souligné l’état de fatigue et de stress de sa cliente qui sortait d’une longue vacation le soir du drame ainsi que l’absence de marquage dans les couloirs du complexe résidentiel qui, a mené selon lui, à plusieurs méprises d’autres locataires. Le procès devrait durer deux semaines. L’affaire avait rencontré un large écho dans le pays et relancé le débat sur les violences policières contre les Noirs.