Toussaint Manga: «Idy n’ose pas devant le Pds incarner le chef de l’opposition»

A première vue, il peut paraître timide. Mais avec Toussaint Manga, méfiez-vous des apparences. Pour son premier saut à l’Assemblée nationale, le vieux Moustapha Niasse se souviendra longtemps de ce jeune du Pds qui a déchiré devant lui le projet de loi sur le parrainage. L’Assemblée nationale en vacances, le Secrétaire général de l’Union des jeunesses travaillistes et libérales (Ujtl) change de cible : Oumar Sarr et compagnie. Avec sa fougue et sa rage, le député libéral cogne les frondeurs, déroute leur stratégie et tire sur leur démarche. L’opposition présente au dialogue politique en a également pris pour son grade. Dans cet entretien accordé au journal « LeQuotidien », l’actualité de l’Assemblée nationale et la question du Statut de l’opposition sont à la loupe du médecin Toussaint Manga.

Que vous inspire la crise que traverse le Pds ?
Ce n’est pas une nouveauté. Le parti dans son histoire a toujours vécu avec des frondes. Certains responsables sont contre les directives du frère Secrétaire général Me Abdoulaye Wade. Mais cela ne peut empêcher le bon fonctionnement du Parti démocratique sénégalais qui est très organisé. Il y a le Secrétaire général du parti, les fédérations, les structures de femmes, de jeunesses… Donc, le parti se porte très bien. La nouvelle équipe est disposée à apporter une nouvelle dynamique.

Le parti n’est-il pas aujourd’hui taillé sur mesure pour Karim Wade ?
Le parti n’est pas entre les mains de Karim Wade mais celles de Me Abdoulaye Wade qui demeure le Secrétaire général du parti. Karim, jusqu’à présent, est le candidat du parti et reste un grand responsable. Ça, c’est important. C’est pourquoi il doit occuper une place prépondérante dans le parti. Si les choses s’étaient bien passées, Karim serait l’actuel président de la République. S’il occupe une place importante dans le parti, c’est très normal.

La fronde de Oumar Sarr et Cie ne va-t-il pas fragiliser le Pds ?
Le Pds, ce n’est pas ces gens qu’on voit dans la presse. Les militants du Pds sont partout au Sénégal. Parmi eux, il y a des gens qui sont connus. C’est vrai. Mais il y a des gens qui sont chouchoutés et aimés par les militants du Pds juste parce qu’ils bénéficiaient de la confiance de Me Abdoulaye Wade. Mais une fois que vous oubliez ce paramètre, en dehors du Pds, vous n’existez pas.
Il faut regarder dans le rétroviseur et voir tous ces responsables qui ont quitté le Pds pour tenter d’exister. En dehors de Macky Sall qui a bénéficié d’un contexte particulier, tous les autres ont échoué. Depuis 2012, tous ceux qui ont quitté le Pds pensant qu’ils avaient une aura nationale, ils n’ont même pas pu aller aux élections, excepté Madické Niang.
Jusqu’ici, on voyait des rebellions individuelles, en l’occurrence Idrissa Seck, Macky Sall, Modou Diagne Fada, Madické Niang… Mais aujourd’hui, plusieurs responsables se lèvent contre Wade et ses méthodes…
J’estime que la fronde de Fada était plus forte que celle-là. Modou Diagne Fada avait de grands responsables du parti derrière lui. Fada avait un peu déstructuré certaines entités du parti, mais cela n’a après servi à rien parce qu’ayant rejoint la majorité. Les résultats seront les mêmes pour la fronde de Oumar Sarr et consorts.
Le Pds est fait de telle sorte que c’est impossible de créer une dualité face à Me Wade. Leur tentative sera vaine. Oumar Sarr, Babacar Gaye, Me Amadou Sall avaient refusé des actes similaires à des responsables. Ils n’avaient pas accepté que Modou Diagne Fada puisse tenter de réformer le parti ; que Aïda Mbodj crée un courant dans le parti ; que Habib Sy puisse créer un courant… C’était sous la coordination de Oumar Sarr. Aujourd’hui, ils créent un courant tout en sachant que les textes du parti ne l’autorisent pas.

Etes-vous de ceux qui demandent leur exclusion ?
La politique, c’est de l’addition. Mais dans ce cas d’espèce, il n’y a pas d’exclusion à formuler parce que Oumar Sarr et son groupe se sont auto exclus du parti pour acte de dissidence et de défiance au Secrétaire général national.

Défiance aussi à Karim Wade…
Karim est juste un prétexte qu’ils veulent utiliser pour contourner le problème. C’est une défiance au Président Wade. Oumar Sarr, Me Sall, Babacar Gaye ne respectent pas les Sénégalais. Ils ont fait le tour du Sénégal pour présenter Karim Wade comme le meilleur candidat pour le pays. Cette même personne qu’on voulait porter à la magistrature suprême devient subitement quelqu’un qui ne peut même pas diriger le Pds. C’est incohérent !
Selon eux, Karim Wade les a «trahis» en restant à Doha…
Il ne faut pas se leurrer. On sait tous que toutes que les conditions ne sont pas réunies pour que Karim vienne.

Quelles sont ces conditions ?
S’il vient, on va le mettre en prison.

Donc, il a peur de retourner en prison ?
Il n’y a pas de justice dans ce pays. Karim n’a pas peur d’aller en prison, parce qu’il est resté là-bas plus de 3 ans. Que voulez-vous ? Qu’il revienne et qu’on le jette en prison. On va passer notre temps à lui rendre visite et à faire des déclarations. Est-ce que c’est mieux ainsi ? Non ! On dit qu’il n’est pas courageux, c’est faux. S’il ne l’était pas, Karim ne ferait pas 3 ans de prison.
Après, il a négocié avec Macky Sall pour sortir, d’après Oumar Sarr…
Pourtant, Me Amadou Sall a dit que Karim n’a jamais négocié une grâce présidentielle. Qui faut-il croire ? Nous tous au Pds savons que les conditions n’étaient pas réunies pour que Karim revienne. Le meilleur exemple que je peux donner, c’est Khalifa Sall qui est en prison injustement et rien ne se passe. Il croupit en prison. Déjà, lorsqu’il était en prison, on n’a pas pu le faire sortir. Ce n’est pas lorsqu’on sera emprisonné pour une seconde fois qu’on le pourra. Il souhaitait venir mais il n’a pas pu.
Sur 27 candidats, on écarte 22 de façon injuste et rien ne se passe dans le pays, c’est parce qu’il y a problème. C’est une situation compliquée et complexe qui est là. Donc, sa non-venue est compréhensible. Macky Sall fait ce qu’il veut dans ce pays, le Peuple ne dit rien et on demande à Karim de venir.

C’est peut-être parce que le Peuple est avec Macky Sall et n’écoute pas le discours de l’opposition ?
Il y a un problème. Les Sénégalais ont laissé Macky Sall trop faire. L’opposition a aussi laissé Macky trop faire à cause de l’incohérence de sa démarche. L’opposition avait formé un collectif pour se solidariser avec tous les recalés du parrainage, d’où la naissance du C25. Mais après, beaucoup voyaient comment se ranger derrière tel candidat, pensant pouvoir battre Macky Sall ou l’amener au second tour.
L’important pour l’opposition, c’était de se battre pour installer une vraie démocratie. Tant qu’on ne se bat pas pour la démocratie dans notre pays, c’est peine perdue d’aller aux élections.
Le Pds rétorque à Oumar et Cie que ses textes n’autorisent pas de courant mais accepte des mouvements karimistes en son sein.

Le parti n’est-il pas contradictoire ?
Ce n’est pas la même chose. Ce sont des mouvements qui soutiennent les actes du parti. C’est différent des dissidences des responsables que l’on voit aujourd’hui. Oumar Sarr et Cie défient publiquement le Secrétaire général et les directives du parti. Ça, les mouvements karimistes ne le font pas. Ce qui est fait dans la composition de Secrétariat national a toujours été ainsi. Ce fut le même procédé lorsque Oumar Sarr fut nommé coordonnateur. Je ne vois pas où se trouve l’illégalité dont ils parlent.
Jusque-là ils acceptaient que les choses se passent ainsi. Si aujourd’hui ils changent de position, c’est à eux que l’on doit demander les raisons de ce changement. Il y avait des secrétariats nationaux avant ceux-là, des comités directeurs et il n’y avait aucun problème.

Durant son règne en tant que numéro 2, Oumar Sarr a-t-il bien tenu le parti ?
Je vais être honnête. Il a fait ce qu’il a pu. Il s’est donné avec d’autres responsables comme Me Sall, Babacar Gaye et nous tous ; chacun a participé pour la bonne marche du parti. Ça, c’est la période 2012-2019. Maintenant, il y a eu discordance et là il faut comprendre. La question qu’on doit se poser, c’est si les responsables du Pds sont prêts à s’opposer encore 5 ans contre Macky. C’est normal qu’après une Présidentielle, alors que le Pds entame une seconde phase d’opposition, que les gens, qui ne sont pas prêts, posent des actes pour partir.

Vous voulez dire que Oumar Sarr et Cie rampent vers la mouvance présidentielle ?
Je sens qu’ils ne sont pas encore prêts pour faire 5 ans d’opposition. Je ne sais pas s’ils iront chez Macky, mais les signaux que je vois me donnent l’impression qu’il existe une communication entre eux et le pouvoir.

Parmi ces signaux, peut-on citer cette rencontre entre Mansour Faye et les frondeurs du Pds la semaine dernière à la Gouver­nance de Saint-Louis dans le cadre de la célébration des 2 rakkas ?
Oui et tant d’autres signaux. Aujourd’hui, j’ai la quasi-certitude de la relation entre ces frondeurs et le pouvoir. On vous envoie faire une commission à la boutique et quelque temps après, on se rend compte qu’on n’avait plus besoin du produit qu’on veut acheter, si on vous demande de revenir, il faut revenir. Si vous forcez pour aller là-bas, cela veut dire que vous êtes mu par autre chose.
Tel que je connais Oumar Sarr, il a toujours respecté les directives de Wade. Mais là, je n’ai vraiment pas compris sa position. Ce dialogue est un piège que Macky a tenu à l’opposition. Même devant la porte du Palais, si Oumar Sarr est prié de rebrousser chemin par Me Wade, il doit s’exécuter. J’étais pour le dialogue mais après analyse de la situation, je me suis rendu compte que si le Pds participait à ce dialogue, on allait servir de cadre à Macky Sall pour faire du n’importe quoi dans ce pays.

Oumar Sarr a été viré à cause de sa participation au dialogue national. La décision de boycott du Pds ne serait-elle pas venue du Qatar, donc de Karim Wade ?
D’abord, je suis pour le dialogue. C’est ce que Wade nous a appris. Abdou Diouf l’a plusieurs fois mis dans des situations inconfortables et, pourtant, Wade était toujours à la table du dialogue. Mais en 2016, le Pds avait participé au dialogue. Le Président Macky Sall n’a respecté aucun des engagements pris lors de cette journée. C’est la raison pour laquelle la Pds a été réticent pour le dialogue de 2019. Il y a une rupture de confiance parce que nous avons un Président qui ne respecte pas ses engagements. Macky n’est pas un homme de parole.

Mais en 2016, Macky Sall a tenu son engagement de libérer Karim Wade dont la grâce qui a été négociée par Oumar Sarr, d’après ce dernier ?
Pour la libération de Karim Wade, le dialogue n’y était pour rien. C’était un prétexte. Macky était sous pression et obligé de libérer Karim Wade, détenu injustement. Il savait qu’il ne peut pas maintenir quelqu’un en prison, au vu et au su de tout le monde.

Karim Wade gère-t-il le Pds à partir de Doha ?
C’est Wade qui gère le parti et, je le répète, Karim est le candidat du parti. Ce n’est pas une petite chose. Mais les gens ne disent pas tout. Si le Pds fonctionne et a une survie, une visibilité, à l’heure actuelle, nous le devons en grande partie à Karim Wade.

Karim est le soutien financier du parti ?
Sur beaucoup de plans. Wade est le Secrétaire général national et nous nous identifions à lui. Mais nous savons qu’il ne sera plus président de la République dans ce pays. La majorité des militants du Pds voient en Karim quelqu’un qui peut porter le projet de société du parti. Je n’ai jamais entendu de la part des militants qu’ils veulent que Toussaint Manga, Bara Gaye, Me Amadou Sall ou Oumar Sarr soit le candidat du parti. Ceux qui sont restés s’identifient à Karim, quelqu’un qui peut porter le projet politique du Pds.

A-t-il soutenu financièrement Oumar Sarr et Cie ?
Je ne suis pas témoin d’un soutien. Par contre, ce sont eux qui allaient à Doha. Moi, je n’y suis jamais allé. Ils ont eu ce privilège. Quand ils y allaient, aucun militant ne savait ce qui se passait au Qatar. A l’instant T, un Pds sans Karim, rien ne marche.

Il y a un sujet qui fait l’actualité dans le cadre du dialogue politique, c’est le Statut du chef de l’opposition. Qui doit incarner ce titre ?
Le Pds n’est intéressé par une quelconque chefferie. C’est le terrain qui détermine l’opposition. Cela ne se décrète pas. Ce n’est qu’un titre. On parle de celui qui a le plus grand nombre de députés dans l’opposition ou de celui qui est arrivé deuxième à la Présidentielle. Pour moi, l’opposition doit être présente dans la bataille aux côtés du Peuple. Ce sont ces gens qui sont habilités à parler au nom de l’opposition. Ce Statut de chef de l’opposition, c’est du bluff et ça nous retarde.

Pensez-vous que ceux qui participent au dialogue sont en complicité avec Macky Sall ?
Complicité ou pas, ils sont en train de faire les affaires de Macky Sall. L’opposition, c’est dans les actes quotidiens. Il y a des gens qui sont avec Macky Sall et se disent de l’opposition. Il y a des gens que l’on appelle les non-alignés, c’est du bluff. Les non-alignés n’existent pas. C’est une position ambiguë. Il n’y a que deux camps : majorité et opposition.

L’opposition, c’est aussi lors d’une élection présidentielle de se classer derrière le Président élu ?
C’est quelle élection ? Cette mascarade du 24 février 2019. D’ailleurs, votre question me permet de relever cette autre incohérence de cette opposition qui participe au dialogue. Les candidats de l’opposition avaient tous rejeté les résultats de l’élection présidentielle. Ils avaient dit dans un communiqué qu’ils ne reconnaissaient pas le Président réélu. Vous rejetez l’élection du premier et vous estimez que le deuxième est bien élu juste pour un titre de chef de l’opposition. Ce débat n’a pas de sens. Recon­naitre d’enfiler le costume de chef de l’opposition voudrait dire que Macky a été bien élu.

Ce titre n’intéresse pas le Pds ?
Je ne peux pas parler au nom du parti mais je sais qu’il n’est pas obnubilé par ce titre. Qu’on le donne à Idrissa Seck, il va en faire quoi ?

Il y aurait 2 milliards de fonds politiques selon Mamadou Lamine Diallo…
Le Pds n’est pas intéressé par 2 milliards de fonds politiques. Si Macky vous donne 2 milliards, il en a pris combien ? C’est comme si on légitime les détournements. Dans ce contexte bien déterminé où les élections ne sont pas démocratiques, on ne sait pas qui est le chef de l’opposition. Macky écarte Khalifa, Karim et d’autres pour organiser un simulacre d’élection et se réveille, un bon jour, pour appeler les opposants à se chamailler pour un poste de chef de l’opposition.
Le chef de l’opposition peut se faire au Sénégal, il n’y a pas de problème. Mais, il faudra d’abord des élections démocratiques, libres et transparentes. En l’état actuel, si un chef de l’opposition est installé, il sera très faible. Il va diriger qui ? Quelles directives ? Quels sont les partis qui vont l’écouter ? Il va recevoir uniquement des fonds politiques pour s’enrichir. Vous pensez que Idrissa Seck va diriger le Pds uniquement à cause d’un titre de chef de l’opposition. Pourquoi devrait-on se ranger derrière Idrissa Seck ? A cause de cette mascarade du 24 février, il faut arrêter. Le Pds ne l’acceptera pas au dialogue. Idrissa Seck n’ose pas devant le Pds incarner le chef de l’opposition. C’est impensable !

Pourtant, les points que vous fustigez sont au menu du dialogue politique. Ne serait-il pas plus pertinent pour le Pds d’aller poser ces doléances dans le cadre de ces concertations ?
Ces questions ont été soulevées avant la Présidentielle, pourquoi ne pas en discuter avant cette élection. Le parrainage est passé par forcing en désaccord total avec toute la classe politique. Cela a permis d’éliminer des candidats et de réélire Macky Sall. Maintenant, on peut discuter. C’est manquer de respect aux différents partis.

En tant que député, pouvez-vous nous parler des enjeux de la prochaine rentrée parlementaire prévue en octobre ?
Les enjeux sont toujours les mêmes : continuer à servir les populations sénégalaises. Le pays est confronté à plusieurs problèmes et nous avons l’obligation de le faire savoir à l’Exécutif. Nous porterons la voix des sans voix.

Vous entamez en octobre votre 3ème année en tant que député. Quel est le bilan que vous en tirez ?
L’Assemblée nationale s’attarde plus sur des détails politiques que sur des projets de société qui pourraient booster l’économie de notre pays. Les lois qui ont fait la vie de cette Législature sont d’ordre politique. C’est dommage, parce que le Sénégal aurait gagné à connaître des lois fortes qui impulsent le développement du pays.
Au niveau de la minorité, nous ne faisons que crier et parler. On ne peut pas faire bouger les choses. Macky a la majorité et l’Assemblée nationale ne fait pas grand-chose. On fait trop de politique à l’Assemblée nationale. Lorsque Sonko parle, les députés de la majorité boudent. C’est comme si c’est Sonko qui les fait venir là-bas. Quand des députés parlent, on les chahute, on est même tenté à vouloir les frapper. Les Sénégalais attendent autre chose des députés.