Tout sur Mahmout Saleh…le grand comploteur du Palais

Mahmout Saleh, directeur de cabinet du président de la République

Complot permanent au sein de la République : Le parcours ambigu de Mahmout Saleh

Tout se passe comme si Mahmout Saleh est en train de réussir son coup. Mahmout Saleh qui est toujours resté au Palais depuis que le Président de la République Macky Sall est au pouvoir en 2012, déroule sa stratégie. Mahmout Saleh a su, restant tout le temps à l’ombre, réussi à éloigner du Chef de l’Etat tous ceux qui pouvaient le gêner dans ses plans politiques.

Mahmout Saleh figure parmi ceux qui sont qualifiés de faucons du Palais. A cause de ses manœuvres, il divise au sein du Palais, ainsi qu’au sein de l’Alliance pour la République (APR). Tout se passe comme si au sein de l’APR et de la République, il faut faire acte d’allégeance à Mahmout Saleh pour espérer ainsi obtenir son ascension politique et parvenir à se faire nommer à de hautes fonctions au sein de l’administration, les préserver et obtenir de plus grands grades.

Sous le régime du Président de la République Me Abdoulaye Wade, Mahmout Saleh été connu comme étant le fameux théoricien du « coup d’Etat rampant » devenu ensuite « coup d’Etat debout », pour créer la division entre celui-ci et Idrissa Seck, à l’époque numéro 2 du Parti démocratique sénégalais (PDS). Mahmout Saleh est prêt à tout rien que pour assouvir ses intérêts.

On le sait, c’est lui qui a été le « cerveau » des complots fomentés contre Aminata Touré, Mohammad Boune Abdallah Dionne, Amadou Bâ, Aly Ngouille Ndiaye, Mouhamadou Makhtar Cissé, Oumar Youm, tous « catégorisés » de lorgner le fauteuil du Président de la République Macky Sall. Aimant agir dans l’ombre, il s’était entouré d’une équipe composée essentiellement de Mame Mbaye Niang, de Bara Ndiaye, etc.

Son coup réussi, il cherche maintenant à se débarrasser de ces derniers. Nommé à présent directeur de cabinet du Président de la République Macky Sall, ce qui lui donne une plus grande emprise de tout au Palais, Mahmout Saleh cherche toujours à semer la division au Palais. Avec cette histoire de mise en place d’une plateforme composée de ministres, directeurs généraux et parlementaires qu’il a bien pris soin de les trier au volet, rien que pour tout contrôler.

Dans son parcours politique et de l’idéologie dont il se réclame, il n’y a rien d’étonnant de ceci de la part de Mahmout Saleh. L’homme s’est abreuvé à la bonne source. Mahmout Saleh est issu du mouvement communiste se réclamant du Trotskysme. Or, c’est ce que tout le monde sait. Dans l’histoire du communisme, les Trotskystes ont toujours été qualifiés comme étant de grands comploteurs permanents. Ils cherchent toujours à diviser afin de régner, car se sachant sans aucune base politique.

Mahmout Saleh assimile à merveille cette théorie. Ancien militant de la Ligue communiste des Travailleurs (LCT), inconstant dans son parcours politique, Mahmout Saleh a rejoint très brièvement le Mouvement des socialistes unis (MSU) né de la fusion entre la LCT et le Mouvement démocratique des socialistes (MDS) qui avait été fondé par feu Mamadou Dia.

Voyant que ses ambitions politiques pouvaient se trouver ailleurs, il a bien vite fait de claquer la porte du MSU, pour rejoindre le Renouveau démocratique fondé par feu Djibo Leyti Kâ poussé alors à la sortie au sein du Parti socialiste (PS). L’aventure va se terminer lorsque sentant le vent du peuple tourner en faveur de Me Abdoulaye Wade à l’élection présidentielle de 2000, lorsque Djibo Leyti Kâ, à l’issue du premier tour de l’élection présidentielle, avait choisi de voter pour Abdou Diouf, lui avait rejoint avait choisi avec d’autres anciens camarades trotskystes de rejoindre le camp du Pape du SOPI.

Mahmout Saleh est un homme prêt à tout pour assouvir ses intérêts. C’est ce qui l’avait poussé à quitter le camp de l’Alliance Sopi, dès qu’après avoir été relevé de ses fonctions au sein du Palais, et ayant senti que le vent allait tourner pour Macky Sall à rejoindre ce dernier. Mahmout Saleh n’est mû que par ses intérêts personnels.

Pour mieux régner, il cherche à semer la division au sein des jeunes cadres de l’APR, afin de mieux tenir la manette. Si Macky n’arrête pas Mahmout Saleh, il risque de se retrouver seul, entouré de ses ennemis en 2024…

La Rédaction de Xibaaru