Ultimate magazine theme for WordPress.

Une erreur médicale plonge cette patiente dans le coma

0

A Rennes, une jeune femme de 19 ans dans le coma depuis trois semaines à la suite d’une erreur médicale

Le 16 mai, au CHU de Rennes, une jeune femme de 19 ans est admise à l’hôpital pour une hémorragie abdominale, cinq jours après avoir été opérée d’un kyste ovarien. Elle est transférée au bloc opératoire. Lors de cette intervention, une dose d’insuline dix fois trop importante aurait été injectée à la jeune fille, qui se trouve depuis dans le coma, rapporte France Bleu.

Dans un communiqué, le CHU de Rennes indique qu’un «accident médical entraînant un coma hypoglycémique sévère est survenu lors d’une intervention chirurgicale réalisée chez une jeune femme.» Le CHU poursuit en expliquant que «la famille a été immédiatement informée et a été reçue par les équipes médicales de réanimation chirurgicale.»

La patiente est actuellement prise en charge au CHU de Rennes et fait l’objet d’une surveillance continue. «L’explication qu’ils m’ont donnée c’est que l’anesthésiste a fait une erreur informatique, il a tapé sur le clavier et ça a fait deux zéros au lieu d’un seul. Ils m’ont dit qu’un diabétique qui voulait se suicider s’injecte cette dose-là», a déclaré la mère de la jeune fille à France Bleu.

L’insuline est une hormone naturellement sécrétée par le pancréas. Cette hormone fait baisser le taux de sucre dans le sang à la suite des repas ou d’un apport sucré afin de réguler le taux de sucre dans le sang. L’hypoglycémie sévère entraîne des symptômes tels qu’une confusion, des convulsions voire un coma.

Contacté par Le Figaro, le CHU de Rennes indique «qu’une enquête est en cours pour analyser les circonstances précises ayant mené à cet événement». L’hôpital insiste sur le fait que «la direction du CHU souhaite réitérer à la famille l’assurance de tout son soutien face à cette épreuve. Cet événement indésirable grave a provoqué une vive émotion au sein des équipes ayant pris en charge la patiente.»

Dans le cadre de la «procédure des Évènements Indésirables Graves Associés aux Soins», le CHU a effectué un signalement à l’Agence Régionale de Santé. Selon France Bleu, la mère de la jeune fille aurait l’intention d’attaquer en justice le centre hospitalier.

Laisser un commentaire