Ultimate magazine theme for WordPress.

Vaccins AstraZeneca et Janssen : le mystère des cas mortels enfin résolu

0

Des chercheurs allemands auraient identifié la cause de ces cas rares, mais parfois mortels, dans les adénovirus utilisés pour la confection des deux vaccins.

Les rares cas de thromboses – l’obstruction d’une veine par un caillot sanguin après une vaccination – ont largement terni la réputation du vaccin AstraZeneca, seulement autorisé pour les plus de 55 ans en France. Quelque 42 cas dont 11 décès ont été recensés dans l’Hexagone sur près de 4,8 millions de doses, selon le dernier bulletin de pharmacovigilance fourni par l’Agence du médicament (ANSM). Au point de se demander que faire de ce stock.

La même limite d’âge fixée bride également l’utilisation du Janssen, vaccin unidose bien utile et plutôt efficace de Johnson & Johnson, reposant sur la même technologie dite « à vecteur viral ». Quelque 200 000 piqûres ont été réalisées jusqu’ici, sans qu’il ne soit encore fait état de problèmes graves. Du moins en France, puisqu’un décès a été déclaré en Belgique, il y a une semaine, chez une patiente de moins de 40 ans, poussant les autorités sanitaires à revoir les conditions d’attribution du sérum.

Cela va sans dire : tant que ces problèmes persisteront, peu de chance que l’Europe et une partie du monde, fortement approvisionnés en vaccins ARN messager comme Pfizer-BioNTech et Moderna, ne les utilisent massivement. Un espoir subsiste pour le reste du monde et les mois à venir grâce à la découverte de chercheurs allemands, relayée dans le Financial Times, qui pointe du doigt les adénovirus utilisés par AstraZeneca, Johnson & Johnson, mais aussi Spoutnik V (non autorisé dans l’Union européenne). D’après leurs travaux (pré-print), livrés à l’Institut Paul-Ehrlich du gouvernement allemand et à l’organe consultatif du pays sur la vaccination, les injections pourraient être modifiées afin de cesser ces réactions dangereuses.

Les soupçons sur les adénovirus se confirment

Soupçonnés depuis un petit moment, les adénovirus joueraient donc un rôle dans les rarissimes cas de thromboses observés, indique Rolf Marschalek, professeur à l’université Goethe de Francfort, au Financial Times. Pour rappel, ces adénovirus sont des virus – humain ou animal – modifiés à l’aide de la protéine Spike (ou des fragments), celle qui permet au Sars-CoV-2 de s’accrocher à nos cellules. Envoyés dans notre corps, ces derniers engendrent une production d’anticorps, et donc, une immunité spécifique au Covid-19.

Or, contrairement aux vaccins à ARNm, ce matériel génétique embarqué dans les adénovirus entre directement dans le noyau de la cellule, et pas seulement dans le cytosol (liquide) où le virus fabrique normalement des protéines, observe Rolf Marschalek. Et une fois à l’intérieur du noyau cellulaire, certaines parties de la protéine Spike se briseraient ou s’entortilleraient, créant des versions dites « mutantes », incapables de se lier à la membrane cellulaire où l’immunisation doit avoir lieu.

Ce sont ces protéines « mutantes » qui seraient à l’origine des rares caillots sanguins observés en France et dans le monde, avec environ un cas toutes les 100 000 injections. « Le morceau viral d’ADN […] n’est pas optimisé pour être transcrit à l’intérieur du noyau », notent les scientifiques dans leur étude. Ce qui pourrait être corrigé, en modifiant le code de la protéine Spike, de façon à l’empêcher de se briser.

Toujours selon le Financial Times, J&J avait déjà contacté le laboratoire de Rolf Marschalek à ce sujet, ce qui rendrait cet écueil moins courant dans son sérum que dans celui d’AstraZeneca. Difficile de le savoir, en France. Aux Etats-Unis, « seulement » une quinzaine de cas – dont trois décès – avaient été recensés pour près de huit millions d’injections. Ce qui n’a pas empêché le pays de faire une « pause » dans son utilisation du vaccin en question, à la mi-avril.

La découverte de Rolf Marschalek demande enfin à être précisée. « C’est encore une hypothèse qui doit être prouvée par des données expérimentales », souligne au média britannique le professeur Johannes Oldenburg de l’université de Bonn, en Allemagne.

Laisser un commentaire