Voici le plus grand menteur du Sénégal…

Invité de l’émission Face2Face de ce dimanche : Mody Niang se distingue à nouveau par des mensonges

Il existe au Sénégal, une race d’hommes qui aiment souffrir, en même temps torturer les méninges des populations. Mody Niang, un ancien inspecteur de l’éducation se rend tristement célèbre dans ce registre. Alors que c’est le crépuscule, une heure où il doit être à la mosquée, Mody Niang choisit pourtant ce moment pour propager des contrevérités qui ne l’honorent guère.

Il y a de ces choses troublantes. Mody Niang est l’oncle de notre confrère Pape Alé Niang, auteur de l’ouvrage sur la gestion du Centre des œuvres universitaires de Dakar (COUD) sous Cheikh Oumar Hanne. La publication d’un ouvrage qui révèle des non-dits. Compte tenu du suspect rapport entretenu par l’auteur du rapport de l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption (OFNAC), Pape Ibra Kébé et l’ancienne Présidente de cette structure, Mme Nafi Ngom Keïta qui en veut au régime du Président Macky Sall, Mody Niang est également le souteneur de l’inénarrable Ousmane Sonko connu pour ses relations avec Pape Alé Niang. En tout cas, des coïncidences, elles sont troublantes.

Mody Niang est l’invité de ce dimanche de l’émission Face2Face. Mody Niang veut se faire l’auteur d’une grosse révélation qui s’avère la plus mensongère dans l’histoire politique du Sénégal. Mody Niang affirme à qui veut l’entendre que l’ancien Premier Boun Abdallah Dionne connaît bien Pape Ibra Kébé, auteur du rapport de l’OFNAC, qu’il a même reçu après ses investigations au COUD. De la pure contrevérité qui ressemble à Mody Niang.

Les Sénégalais ne cessent de s’interroger sur ces discours pleins de haine que veut entretenir toujours Mody Niang, un Maoïste anti conformiste, ennemi de la paix et du progrès social. Mody Niang n’en terminera que lorsqu’il aura vu le Sénégal se mettre en feu et flammes. Pourtant, il lui a été offert l’opportunité, si vraiment il lutte pour la bonne gouvernance et la transparence, en le cooptant au sein de l’OFNAC. Il a fini par démissionner, car sachant qu’il risque d’être pris à faux dans un combat qu’il prétend défendre, mais qui n’est fait que de haine.

La rédaction de Xibaaru