Wade, Pape Diop, Karim…Et l’affaire des 20 milliards

Dans notre édition d’hier, l’on évoquait la rencontre entre Abdoulaye Wade du PDS et Pape Diop président de la Convergence démocratique Bokk Gis Gis (BGG). Et aujourd’hui nous allons revenir sur l’origine de la crise entre Wade et celui qui a été le second personnage de l’Etat de 2000 à 2012. Si Wade fait la paix avec Macky et Pape Diop pour la sauvegarde des intérêts politique de son fils, il ne faudrait surtout pas oublier que c’est ce même fils qui a été à l’origine du clash entre son père et ces hommes politiques.

Pour Macky ce fut la convocation à l’Assemblée nationale de Karim Wade alors président du Conseil de surveillance de l’Anoci (agence nationale pour l’organisation de la conférence islamique).

Et pour Pape Diop, c’est une affaire de de près de 20 milliards.

Abdoulaye Wade avait collecté auprès de ses bailleurs et amis, la somme de 20 milliards pour sa campagne de 2012. Une partie venait de ses fonds personnels, une autres des cotisations des richissimes du parti et la grande partie venait de certains pays amis pour ne pas citer des chefs d’Etat. C’est ainsi que Wade remet l’argent à son seul homme capable de ne pas utiliser l’argent à ses fins personnels : Pape Diop, lui-même milliardaire.

La colère de Karim

Voyant que son père renvoyait tout le monde vers pape Diop pour les besoins de la campagne, Karim Wade a piqué une colère. Il voyait dans cette affluence des militants vers Pape Diop une sorte de legs du pouvoir de Wade vers le président du Sénat d’alors. Alors le fils pousse son père à délocaliser les fonds de campagne de chez Pape Diop à son domicile. Ce transfert des fonds de campagne se passe sans problème. Après les comptes, Pape Diop n’a pas bouffé un seul sou. Il les remet à Karim mais garde un goût amer du comportement malsain de Karim qui voulait le passer pour un « faux type ».  Alors il baisse les bras et laisse Wade et son fils gérer leur campagne.

Résultat le 25 mars 2012 : Wade est battu…Et Pape Diop créé Bokk Gis Gis le 22 novembre 2012…

La Rédaction de Xibaaru