A l’OFNAC…L’OMART enfonce la SODAV de Ngoné Ndour

Madame Ngoné Ndour, PCA de la Société sénégalaise du droit d'auteur et droits voisins (SODAV)

L’Office national de lutte contre la corruption et la concussion (OFNAC) est entré dans la danse. La clameur audible des artistes et ayants droit de la Société de gestion collective des droits d’auteur et droits voisins (SODAV) sur la gestion nébuleuse de leur société par la direction gérante et le Conseil d’administration et la plainte déposée par l’Observatoire de la Musique et des Arts du Sénégal (OMART), a déclenché la mission des redoutables enquêteurs de l’Ofnac. L’Organe de contrôle a commencé à fouiner son nez dans la gestion de la Sodav.

En effet, de 10h à 15 h, le jeudi 7 janvier 2021, le Président de l’Omart qui avait déposé une plainte contre la Sodav, a fait face aux enquêteurs de l’Ofnac qui voulaient prendre la version de l’Omart et sur la mode gestion de cette société de gestion collective. Ensuite, l’enquête de l’Ofnac va se poursuivre au niveau de la Sodav.

Devant les enquêteurs de l’OFNAC, Mr Abdoulaye Mamadou Guissé, Président de l’Omart s’est longuement appesanti sur des incohérences évidentes en matière de gestion.

La Sodav depuis son existence légale en 2016 n’a jamais octroyé de cartes de membre aux sociétaires, c’est-à-dire aux ayants droit. En effet, les artistes se doutent du nombre d’ayants droit dans le cadre de la répartition des droits d’auteur et droits voisins. Et aussi du nombre élastique de bénéficiaires du fonds du Covid 19.

-La gestion de la Sodav n’est pas du tout transparente. Le management et la gestion de la SODAV sont très loin des attentes de l’écrasante majorité des ayants droit. Nous sociétaires de la Sodav, déplorons d’emblée la gestion opaque, nébuleuse de la Sodav par une administration tatillonne.

Tenez-vous bien, quelques exemples sur le Rapport 2019 de la Sodav. Scandales révélés à l’OFNAC

A la page 10 : 8 sessions ordinaires du Conseil d’administration. Quel est le coût de chaque session ?

Des résolutions prises, parmi les résolutions : Révision à la Hausse des soutiens octroyés aux festivals.

La plupart des festivals et activités culturelles soutenus financièrement par la SODAV sont organisés par des membres du Conseil d’Administration. Et la plupart des ayants droit qui organisent leurs activités sont ignorés.

Un Conseiller spécial du Président de la République est subventionné par la Sodav.

A la page 22 du rapport 2019

-Total Perception 889.536.490

-Total Charges: 542.086.329

-Charges du personnel: 285.937.755

-La SODAV loue un bâtiment qui abrite le siège-annexe à la cité Keur Gorgui. A combien ? personne ne sait. C’est pour qui l’immeuble qui abrite l’annexe de la Sodav ? Aucune transparence.

-Le recrutement pléthorique et budgétivore du personnel est déplorable.

-Les éphémères sessions de formation chaotique pour justifier l’utilisation du budget de la Sodav.

-Tout le monde ignore les critères de répartition des redevances dues aux artistes et ayants droit, interprètes, auteurs, compositeurs, créateurs de toutes les disciplines, interprètes, producteurs entre autres.

-La non mise en place de la Commission permanente de contrôle. Cette commission est composée d’un représentant de l’Inspection générale des Finances du Ministère des Finances, d’un représentant du Ministère de la Culture, d’un représentant de la Cour Suprême et d’un représentant de la Cour des Comptes.

La Rédaction de xibaaru