Abdoul Mbaye : Le Premier ministre le plus nul de l’histoire du Sénégal

Il est à se demander, si certains hommes politiques se regardent parfois à travers un miroir avant de poser des actes. Que représentait dans ce pays Abdoul Mbaye avant 2012 ? Abdoul Mbaye peut-il nous dire, un seul combat politique auquel il a participé, alors que le peuple sénégalais descendait dans la rue ?

Voilà un homme qui doit beaucoup au Président de la République Macky Sall qui contre toute attente, et à la surprise générale, l’a nommé Premier ministre du Sénégal à l’issue de la seconde alternance en 2012. Le Président de la République Macky Sall l’a nommé, c’est dans son droit. De même qu’il a décidé, arrivé à une certaine étape, de l’enlever de son poste de Premier ministre. Ce qui est également son droit.

C’est ce droit que dénie Abdoul Mbaye à Macky Sall. Abdoul Mbaye a une haine viscérale à l’endroit du Président Macky Sall dont il ne rate jamais l’occasion pour s’en prendre à lui. Abdoul Mbaye se sent offensé d’avoir été limogé de son poste de Premier ministre. Il a fondé aujourd’hui un parti politique qui a été ridiculisé lors des élections législatives de 2017. Abdoul Mbaye avait là une excellente occasion de se taire et de se retirer de la politique où il n’a rien à faire.

Non content d’avoir été le Premier ministre le plus nul du Sénégal et qui fait honte à la race des valeureux hommes d’Etat qu’étaient Mamadou Dia, Abdou Diouf, Habib Thiam, Moustapha Niasse, Mame Madior Boye…, tant d’autres, Abdoul Mbaye montre qu’il peut être un homme sans éthique et sans valeur. Il est accusé par son ex-épouse de bigamie, de faux et usage de faux.

Ancien Directeur général de la CBAO, son nom est mêlé dans l’affaire de l’argent transféré par Hussein Habré du Tchad au Sénégal. L’opérateur économique Bocar Samba Dièye ne cesse de l’accuser constamment de l’avoir trompé dans des opérations bancaires.

Et aujourd’hui, Abdoul Mbaye omet la souffrance du peuple frère Malien pour s’attaquer au Président Macky Sall. Cet homme ne connaît ni la honte ni la pudeur. S’il avait une seul once de compassion à l’égard du voisin malien, il allait rengainé sa haine et souhaiter un retour à la paix et au calme de Bamako à Kayes, de Koulikoro à Sikasso…Et de Mopti à Kidal

La rédaction de Xibaaru