Habib Sy « insulte » l’intelligence de Wade…

Election présidentielle anticipée : La sortie honteuse de Habib Sy

« Il urge d’aller vers une élection présidentielle anticipée à laquelle le Président Macky Sall ne participera pas ». Cette curieuse proposition émane de Habib Sy, ancien Directeur de cabinet et ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture sous Me Abdoulaye Wade. Certains hommes politiques se distinguent à travers des discours étranges. Venant d’un homme comme Habib Sy qui même s’il a eu à occuper de hautes fonctions sous le régime du Président de la République Me Abdoulaye Wade, mais qui n’est d’aucun poids dans l’échiquier politique national, cette proposition est tout simplement indécente.

Habib Sy explique les raisons qui fondent sa proposition : « Les scandales à répétition du Pouvoir exécutif, la soumission de l’Assemblée nationale à l’Exécutif, le Pouvoir Judiciaire perçu par une grande partie de l’opinion comme aux ordres, la pérennisation d’institutions budgétivores, la gestion nébuleuse du Fonds Covid-19, l’effondrement de l’économie, les couches sociales défavorisées au bord de l’abîme etc… ».

Evidemment, le tableau avait été plus sombre sous le régime du Président Me Abdoulaye Wade auquel Habib Sy servait. Mais jamais, cela ne l’a traversé à l’esprit de revendiquer des élections anticipées dont Me Abdoulaye Wade ne serait pas partant. L’indécence pousse parfois à débiter certains propos. Comme quand Habib Sy soutient que les faits cités dans le tableau sombre qu’il trace pour le Sénégal, sont « susceptibles de déclencher de futures manifestations populaires aux conséquences imprévisibles ». Habib Sy fait sans doute référence à la situation qui se passe au Mali pour jouer ainsi à l’oiseau de mauvais augure.

L’on se demande comment Habib Sy a pu occuper de hautes fonctions au Sénégal. Il est à se demander s’il n’est pas une insulte à l’intelligence de Me Abdoulaye Wade. Sa sortie pour se faire remarquer et montrer qu’il existe politiquement est tout simplement un désastre. Au Sénégal, il n’existe pas un climat politique et social tendu. L’économie n’est pas dans l’effondrement. Les institutions se portent bien.

La rédaction de Xibaaru