Abdoulaye Wade ou les caprices d’un vieux sage déchu

Selon les révélations de Doudou Wade : Le Sénégal doit se soumettre aux caprices de Me Abdoulaye Wade

Si l’on suit l’argument servi par son neveu Doudou Wade, Me Abdoulaye Wade doit être un personnage plein de caprices. Voilà une révélation très ahurissante ! Si l’on en croit Doudou Wade, les retrouvailles de Massalikoul Jinaan entre Me Abdoulaye Wade et son successeur à la tête de l’Exécutif, M. Macky Sall ont été plombées parce que le dernier nommé n’a pas respecté sa parole de rendre la visite à son prédécesseur à son domicile, après que celui-ci a effectué le déplacement au Palais. Non, on a hâte d’entendre la cellule de communication de Me Abdoulaye Wade faire une sortie pour désavouer Doudou Wade, sur cet argument très léger. Me Abdoulaye Wade fâché contre Macky Sall, parce que tout simplement, ce dernier lui a promis une visite non encore effectuée. On rêve !

C’est-à-croire que le calendrier républicain du Chef de l’Etat doit être soumis aux désirs de son prédécesseur au Palais de la République. C’est comme si, il n’y a pas d’autres dossiers plus urgents à régler par le Palais concernant la marche de la nation que d’aller rendre visite à Me Abdoulaye Wade à son domicile par le Président de la République, Macky Sall. Non, des dossiers plus brûlants sur l’actualité nationale restent sur la table du Chef de l’Etat et qu’il urge de traiter plutôt que ceux relevant de politique politicienne qui se révèlent au final comme des deals fomentés sur le dos du peuple sénégalais.

A moins que l’ancien Président de la République du Sénégal ne prenne son successeur au Palais comme son dévolu, qui doit être en priorité soumis à ses caprices, personne ne voit l’urgence que Macky Sall mette de côté d’autres dossiers plus urgents à régler, pour se soumettre à ses désidératas dont le finish n’est que d’obtenir que Karim Wade soit lavé de toute affaire judiciaire. Certainement que Doudou Wade et ses semblables pensent que le Sénégal doit être à jamais une République de deals.

La rédaction de Xibaaru