Ultimate magazine theme for WordPress.

Abidjan : des braqueurs arrêtés et bastonnés par la foule

0

Les badauds ont fait la fête à deux des trois braqueurs qui ont tenté de braquer, le lundi 11 octobre 2021, en pleine journée, la structure financière de transfert d’argent de Mlle E.A, à la Cité Sopim, dans la commune de Yopougon.

Deux braqueurs ont passé un mauvais quart d’heure, le lundi 11 octobre 2021, aux mains d’une foule de badauds déchainés, à la Cité Sopim, dans la commune de Yopougon, où Mlle E.A., tient une structure financière de transfert d’argent. Justement, ces braqueurs, au nombre de trois, ont jeté leur dévolu sur ladite structure financière. En clair, ils y étaient pour attaquer le commerce de Mlle E.A. et lui arracher l’argent sous la menace de leur pistolet automatique.

Il est un peu plus de 10 heures, informe Soir Info, quand deux individus qui se font passer pour des clients ordinaires accèdent à la structure financière. Mlle E.A., s’en réjouit d’ailleurs et leur demande de patienter, le temps qu’elle s’occupe d’un premier client. Erreur d’appréciation. Elle n’a pas le temps d’en finir avec le client que les deux bandits pointent une arme en leur direction.

« Plus personne ne bouge. Donnez-nous tout ce que vous avez si vous voulez vivre encore. Donnez vite la recette », menace l’un des braqueurs. Au même moment, leur complice à moto vient garer devant la structure financière. Pour brouiller les pistes, il y accède comme un client ordinaire.

Manque de pot pour les trois braqueurs, les passants qui ont suivi la scène à travers la baie vitrée donnent l’alerte en scandant « voleur, voleurs ! ». Les populations ne se font pas prier pour affluer vers la structure financière. A présent, les malfrats qui savent que les choses sont en train de mal tourner sortent précipitamment de la structure, mais trop tard pour deux des bandits.

Le troisième, comme un lâche, enfourche sa moto et abandonne les deux autres à leur triste sort. Mais il n’ira pas loin avec sa moto car un comité d’accueil composé de badauds l’attendait avec des moyens conséquents. Finalement, il se résout à abandonner aussi la moto pour prendre ses jambes à son cou, en enjambant des cuisines à ciel ouvert dans le quartier.

S’il parvient à se fondre dans la nature grâce à sa parfaite maitrise du terrain et surtout à la puissance de ses jambes à faire pâlir de jalousie un sprinteur olympique, ce n’est pas le cas pour les deux autres. Maitrisés, ils ont copieusement été tabassés par des populations en colère. L’un d’eux a crié ‘’pitié’’. Son appel a reçu un écho favorable auprès d’un témoin de la scène qui a alerté la police. C’est alors que des éléments de police débarquent sur…Lire la suite ici

laissez un commentaire