Ultimate magazine theme for WordPress.

Abus de pouvoir VERSUS abus de liberté : le problème de la démocratie

0

« On peut dire que le principe d’une action démocratique est l’intention de créer, de développer et de protéger des institutions destinées à éviter la tyrannie » Karl Popper

Où se trouve la limite ou l’équilibre entre liberté et obéissance ? Entre liberté et responsabilité ? Comment concilier la transcendance de l’Etat et la sacralité de la liberté ? Qui décide de la limite de la liberté ? Comment contrer le pouvoir sans l’affaiblir ? L’autorité de l’Etat peut-elle s’accommoder aux exigences de délibération qui est le principe de la société ouverte ?

Les problèmes que nous vivons n’ont rien de nouveau, il ne s’agit pas non plus de problèmes que la pensée n’a pas théorisés. De tout le temps, des citoyens ont cherché à abuser de leurs libertés, Platon avait dit que le destin de toute démocratie est de se muer en anarchie. Inversement, l’Etat craint la liberté parce qu’il est naturellement enclin à vouloir la stabilité et, si possible, la pérennité.

C’est pourquoi des institutions fortes de régulation du jeu politique sont plus que nécessaires pour maintenir la démocratie dans ses formes canoniques. Parmi ces institutions, il y a évidemment la loi, mais aussi et surtout les institutions chargées de dire le droit et d’appliquer la loi. Affaiblir les institutions de l’Etat par trop d’Etat ou par peu d’Etat devrait être le dernier réflexe d’un homme politique raisonnable.

Or nos politiciens professionnels d’hier comme aujourd’hui ne veulent la liberté et le pouvoir que pour eux. C’est ce qui explique que quand ils sont dans l’opposition ils sont clairvoyants, mais dès qu’ils disposent d’une parcelle de pouvoir ou de liberté, ils en abusent. Pyromanes dans l’opposition, champions de pacifisme et de républicanisme une fois au pouvoir ; défenseurs de la liberté dans une posture et prédateurs de celle-ci dans l’autre, les hommes politiques prennent les citoyens pour un troupeau.

Karl Popper a dit :

« Un excès d’étatisme aboutit à l’absence de liberté, mais il existe aussi un « excès » de liberté. Il y a malheureusement, un abus de liberté, tout comme il y a un abus de pouvoir de l’Etat. De façon tout à fait analogue, le pouvoir d’Etat peut restreindre abusivement la liberté des personnes. Nous avons besoin de liberté pour empêcher l’Etat d’abuser de son pouvoir et nous avons besoin de l’Etat pour empêcher l’abus de liberté ».

L’équilibre entre le pouvoir et la liberté est prévu par la Constitution, et les institutions politiques qui sont destinées à le faire existent dans toute démocratie. Mais très souvent les institutions politiques ne suffisent pas car l’homme reste un être hybride entre la nature angélique et la nature animale. Nous sommes capables de tricher avec la loi, de passer entre les mailles du filet et d’interpréter la loi en fonction de nos désidératas (voire de nos pulsions).  En plus de ces institutions politiques chaque société a créé des mécanismes d’amortissement des chocs entre liberté et pouvoir politique.

Dans les Démocraties du Nord la sphère économique très libéralisée devient à son tour un moyen de régulation de ces chocs. Aspirés par leurs opérations dans le domaine économique et jouissant de certains plaisirs dans cette sphère, les citoyens de ces pays compensent leurs frustrations politiques par leur liberté économique.  Dans nos Démocraties où la sphère économique est pour l’essentiel capturée et gérée par l’Etat, cette compensation psychologique n’existe pas. Mais on a trouvé ici d’autres formes de régulation qui ont jusqu’ici réussi à éviter le pays de tomber dans l’aporie et l’impasse politiques : la sphère religieuse compense doublement les frustrations de la liberté.

D’abord parce qu’elle est un purgatoire de nos frustrations : certaines formes de ferveur frisent la névrose. La spiritualité est paradoxalement un complément ou un succédané du désir de liberté : les cérémonies religieuses dans la rue sont une forme de liberté de conscience, de manifestation et de penser. Ensuite, la révérence et le semblant de soumission des leaders politiques aux chefs religieux donnent aux citoyens-croyants l’illusion que le pouvoir aussi obéit.

La sphère religieuse a beaucoup contribué à la paix et à la stabilité de notre pays, mais depuis quelques temps ça semble trainer les pieds. Comment expliquer que le pays où réside Cheikh Mahi Niass, le héros de la paix au Soudan n’ait pas de contre-pouvoirs non politiques suffisamment crédibles et efficients pour prévenir ou solutionner ces crises. Si Cheikh Mahi Niass n’est pas prophète chez lui, le problème ce n’est pas lui, c’est nous ! Nous nous déchargeons toujours sur les autres au lieu d’endosser nos responsabilités.

Je me suis moi-même surpris dans une flagrante situation de rejet de ma responsabilité sur autrui lorsqu’un policier m’a verbalisé pour non port de la ceinture de sécurité : « pourtant aucun de ces conducteurs qui viennent de passer avant moi n’avait mis sa ceinture » lui avais lancé !

Alassane K. KITANE

laissez un commentaire