Accaparement du littoral : Enfin le mea culpa du gouvernement

Ce n’est pas trop tard, mais la sortie du ministre conseiller de la Communication à la Présidence de la République Seydou Guèye sonne comme une sorte de mea culpa de la part du gouvernement sur le littoral. Après tout le tollé fait par les associations de défense de l’environnement après les terribles révélations faites sur la boulimie et l’accaparement des terres par une oligarchie qui va jusqu’à agresser tout le littoral, Seydou Guèye, invité ce dimanche de l’émission « Objections » de Sud-FM, soutient enfin : « Le gouvernement a engagé des procédures pour le retrait des baux au niveau du littoral de la Corniche de Dakar dont la finalité est de restituer toutes les emprises à l’Etat ».

Une déclaration qui devrait être applaudie des deux mains. La boulimie foncière de nos oligarques est telle que, avec l’érosion côtière, c’est toute la presqu’île du Cap-Vert qui se retrouve menacée dans son existence, d’ici les prochaines années. Seulement trop peu ! Il n’y a pas que le littoral de Dakar qui se trouve menacé par la boulimie d’une race d’individus remettant en cause tout l’équilibre environnemental au Sénégal.

A Guédiawaye, c’est toute la zone côtière qui se trouve dangereusement menacée. Des scandales sur l’occupation anarchique du littoral sont de plus en plus dénoncés. Ces gens ont l’appétit vorace. Car, c’est toujours une caste d’individus qui sans vergogne, cherche à s’accaparer de tout ce qu’il y a de domaine maritime au Sénégal. Ce sont les para-hôteliers qui se signalent dans des zones comme la Petite-Côte et le Cap-Skirring.

Des individus qui viennent envahir ces zones pour y construire des résidences hôtelières pour enfin concurrencer illégalement les véritables hôteliers qui s’adonnent à des constructions anarchiques et sauvages, et avec le soutien de lobbys internationaux féroces regroupés autour de Tours opérators qui en viennent à capter les touristes qui viennent au Sénégal.

Non seulement, ils bénéficient de la complicité de l’Etat pour occuper illégalement le domaine maritime dans la Petite-Côte ou au Cap-Skirring, mais ils concurrencent illégalement les hôteliers, car ayant à leur charge, deux ou trois personnes à leur charge, taillables et corvéables à merci, car bénéficiant d’emplois précaires sans aucune garantie, ni aucune prise en charge sociale.

L’Etat du Sénégal s’engage à présent dans une guerre dont il faudra poursuivre la logique jusqu’au bout. C’est-à-dire, mener définitivement la guerre contre la para-hôtellerie. Une vieille revendication du reste du patronat de l’hôtellerie qui de sa part souffre de la concurrence illégale que mène la para-hôtellerie.

La rédaction de Xibaaru