Affaire Karim Wade…Amadou Ba n’a rien fait, le coupable se trouve au ministère de la Justice

Sortie devant le Comité des Droits de l’Homme à Genève : Moustapha Kâ du ministère de la Justice sème le désordre

La sortie du Directeur des Droits de l’Homme, M. Moustapha Kâ indiquant que l’Etat du Sénégal était prêt à réhabiliter Karim Wade et à réparer le préjudice que ce dernier aurait subi suite à sa condamnation par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI) continue de faire des vagues. Cette déclaration de M. Moustapha Kâ a été une aubaine pour des agitateurs se réclamant de la société civile qui ont alors tiré à boulets rouges sur le ministre des Affaires étrangères, M. Amadou Ba.

Personne ne peut comprendre quelle mouche a piqué le Directeur des Droits de l’Homme à faire une telle déclaration qui sonne comme étant un aveu de culpabilité de la part de l’Etat du Sénégal sur l’affaire Karim Wade. En réalité, M. Moustapha Kâ sous l’euphorie des retrouvailles entre le Président de la République, M. Macky Sall et son prédécesseur Me Abdoulaye Wade, aurait dû remuer sept fois la langue avant de parler. Selon le quotidien Libération, M. Moustapha Ka qui est sous la tutelle du ministère de la Justice, est convoqué par son département.

Ce qui n’a rien de surprenant. Tant M. Kâ devra s’expliquer sur les raisons qui l’ont poussé à faire cette annonce. Qui plus est, il a fait sa sortie devant le Comité des Droits de l’Homme à Genève. Voila pourquoi, la séance d’explications à laquelle il devra faire face au ministère de la Justice va être torride. De par sa position, l’Etat du Sénégal a toujours été constant vis-à-vis du Comité des droits de l’Homme. Pour le Sénégal, la position a toujours été que « le Comité n’est pas une instance juridictionnelle mais plutôt un comité d’experts indépendants dont les décisions sont dénuées de toute force obligatoire ». Selon le Sénégal qui l’avait affirmé, il ne rentre pas dans les attributions du Comité des Droits de l’Homme « de réformer les décisions rendues par les juridictions nationales ».

Une position limpide comme l’eau de roche mais qu’a voulu rendre trouble la sortie de M. Kâ.

Thiémokho BORE