Ultimate magazine theme for WordPress.

Affaire Miss Sénégal : des patrons menacés par les « proxénètes »

0

Le Sénégal est dans la vitrine des scandales. Le pays est exposé comme un bordel qui regorge des filles prêtes à l’utilisation. Et c’est l’affaire « miss Sénégal violée et mère d’un enfant de père inconnu » qui cristallise l’attention de tout un continent et de tout un monde. Partout on ne parle que de ça. D’Abidjan à Jo ’Burg, de Nairobi au Caire, de Paris à New York, le Sénégal est étiqueté comme le pays où les Miss et mannequins sont des proies faciles.

Lorsque que cette affaire a éclaté, la présidente d’organisation de Miss Sénégal s’est rendue coupable d’apologie du viol et le procureur s’est saisi du dossier. Et depuis lors, toutes les personnes directement impliquées ou indirectement concernées, ruent dans les brancards. Personne ne veut voir son nom associé à ce scandale. Les sponsors se retirent. Et des personnalités s’activent pour étouffer l’affaire.

Selon l’ONG Jamra, « des saï-saï à col blanc s’activent en haut lieu pour étouffer la scandaleuse affaire Fatima Dione Miss Sénégal 2020 ». Certes, des personnalités s’activent pour étouffer cette affaire mais la réalité est tout autre car ceux qui s’activent, le font pour deux raisons. Et xibaaru va vous expliquer le jeu complexe qui se trame entre les intermédiaires considérés comme des « proxénètes » et les gros bonnets qui utilisaient les Miss et leurs dauphines.

Depuis l’éclatement de l’affaire, les Miss ont commencé à parler ; et des mannequins commencent aussi à être bavardes. Alors ils sont tous menacés, des intermédiaires qui convoyaient les filles dans les hôtels au Sénégal, au Maroc et à Dubaï aux gros « patrons » qui sortaient les millions pour se « taper » ces nymphes. Mais les premiers menacés sont les intermédiaires qui ont ouvert ces portes du luxe aux filles. Et Amina Badiane l’organisatrice du spectacle a été balancée. Les filles ne lui ont pas fait de cadeau. Tout comme elles s’apprêtent aussi à balancer des noms de jetsetteurs et journalistes impliqués.

Et ce sont ces derniers qui font pression sur les « boss ». Et s’ils sont balancés, ils n’hésiteraient pas à balancer tout le monde. Et de leur côté, les patrons font tout pour étouffer l’affaire de peur d’être balancés par ces intermédiaires. Donc c’est le sauve-qui-peut. Et c’est pour cela que Jamra a alerté sur « des personnes tapies dans l’ombre qui s’activent pour étouffer cette affaire ». Dans les coulisses, c’est le cafouillage. Et la principale concernée, miss Sénégal 2020 et sa mère ne veulent aucune concession et ont fermé les portes de la négociation.

Selon l’entourage de la Miss « violée » dont la mère a été humiliée par certains membres de l’organisation lorsqu’elle a voulu plaider pour sa fille, il n’y a aucune possibilité de négocier et toutes les portes sont closes ; la famille ne demande que la justice pour sa fille. « La balle est dans le camp du procureur qui doit protéger tous les témoins et éviter que des personnes impliquées s’enfuient vers la France car certains ont la double nationalité et peuvent disparaître avant le grand déballage » nous dit une personne de l’entourage familiale.

La rédaction de xibaaru

laissez un commentaire