Afrique du Sud : Le gouvernement ne fait rien pour arrêter les attaques xénophobes

Human Rights Watch a publié un rapport le 26 août portant sur des chauffeurs routiers victimes d’attaques xénophobes et de harcèlement. L’ONG a authentifié le cas d’une personne poignardée, une attaque à la bombe à essence et de nombreuses autres agressions. Dewa Mavhinga, en charde de l’Afrique australe, indique à la rédaction des Observateurs ce qui pourrait expliquer tant de haine parmi les routiers sud-africains.

Il y a clairement un lien [entre le chômage et la xénophobie]. Mais ce n’est pas qu’une question de hausse du chômage. Certains leaders politiques font des étrangers des boucs émissaires, ils deviennent alors des cibles faciles pour des locaux frustrés par la situation économique et qui cherchent quelqu’un à blâmer.

Le gouvernement ne fait rien pour arrêter les attaques. Aucune loi n’interdit à des chauffeurs étrangers disposant d’un permis de travailler en Afrique du Sud. La législation sur le travail indique clairement qu’ils le peuvent. Le département des Affaires Intérieures a même produit une directive pour le rappeler, mais elle n’est pas appliquée.