Ultimate magazine theme for WordPress.

Alassane Kitane : «L’accaparement n’est pas une culture, c’est une obsession»

Alassane K KITANE professeur de philosophie à Thiès
0

L’ACCAPAREMENT N’EST PAS UNE CULTURE, C’EST UNE OBSESSION

La formation de personnalité d’un individu est comparable à un parcours mouvementé dans une nuit constellée, où il y a une infinité d’étoiles scintillant sur le fond noir de l’océan cosmique qu’est l’âme (Pierre Dacco, Les Triomphes de la Psychanalyse). Quand le jour se lève, les étoiles disparaissent ou bien deviennent invisibles : c’est le soleil qui leur fait en réalité de l’ombre en les éclaboussant de lumière. Mais à la moindre éclipse on peut les apercevoir se faufiler dans les pénombres laissées derrière lui par le soleil. Ces étoiles sont des « Moi » potentiels ou personnalités inhibées par un « Moi » plus perceptible parce que plus accommodé aux valeurs et aux restrictions ou à l’hostilité de la réalité extérieure. Le noir cosmique sous fond duquel baignent ces étoiles est l’ensemble des difficultés auxquelles nous sommes confrontés dans la vie. Albert Jacquard a raison de comparer la personnalité de l’individu à un tronc d’arbre emporté par les eaux et qui, de choc en choc, est amarré par les vagues ou courants marins sur les rives avec ses stigmates. Voilà pourquoi nous sommes tous moralement fragiles et potentiellement capables du pire. Les plus fragiles sont ceux qui évitent ces chocs ou qui cachent leurs blessures : ils sont à la dérive. Les rescapés assument leurs stigmates et les portent avec fierté.

Il y en a qui, par une force intérieure dopée par une éducation et des circonstances favorables réussissent à équilibrer leurs pulsions aux exigences morales et aux restrictions de la réalité extérieure. Mais beaucoup d’entre nous s’agrippent à des choses (symboles) ou à des chimères pour compléter leur moi « chancelant ». L’obsession est justement une des formes par lesquelles se manifeste cette recherche impulsive d’un « plus » de soulagement face à tension de la nuit céleste d’une âme troublée, traumatisée. Certains s’identifient à des objets, d’autres à des valeurs, à des statuts (station sociale), etc.

La kleptomanie dénoncée chez beaucoup de nos dirigeants est probablement une obsession : le désir d’être, de puissance, de pouvoir, incline à une relation magique avec le monde. Ils pensent que sans l’argent, le pouvoir, la célébrité, ils n’existent pas : ils ne s’imaginent pas vivre comme le commun des mortels, et c’est ce qui les pousse à s’accrocher à ces choses. Cheikh Amidou Kane a dit dans l’Aventure ambiguë : « Il en est du travail comme de l’acte sexuel. Tous deux visent la perpétuation de l’espèce. Mais tous deux peuvent avoir leur perversion : chaque fois qu’ils ne se justifient pas par cette visée ». C’est exactement la clé de compréhension de notre rapport à l’avoir ; il y en a parmi nous qui en font une fin en soi. Or la richesse n’est qu’un moyen, jamais une fin : on accumule frénétiquement, dit Cheikh Amidou Kane, « on croit qu’en multipliant la richesse, on multiplie la vie ». Que se passe-t-il dès lors que cette obsession de richesse ne peut être dissoute dans le travail ? On s’accapare, on vole : la ruée vers la politique peut donc avoir des motivations profondément psychologiques Un sage m’a dit un jour : « seetluwo ne ňi gena xaréή ci waayi politigi jubbu ňu » !

Mobutu, Abacha, Ben Ali, Moubarak, Yaya Diamé, Omar Bongo, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, etc. sont des cas vraiment cliniques. Il en est malheureusement ainsi pour nos ministres, DG, administrateurs de société, gouverneurs, maires, bref de tout le personnel de gouvernance sociale. La pression sociale, la faiblesse morale, le faible niveau intellectuel, etc. sont des stimulants à ce type de tendances compulsives d’accaparement. Comment un être humain peut être poussé à ce degré d’obsession pour la richesse ? Le rapport que ces gens ont ou avaient avec le pouvoir est le même qu’ils ont avec l’argent : ils se compensent avec. La question qui doit nous préoccuper dans l’optique de la refondation de nos institutions et dans le culte de la bonne gouvernance est dès lors celle-ci : comment faire pour échapper aux griffes prédatrices de tels individus ?

La première ébauche de réponse est de repenser le système par lequel on mène les enquêtes de moralité dans ce pays. N’importe qui n’est pas apte à gouverner, mais n’importe qui n’est pas non plus disposé à faire des enquêtes de moralité. Il faudrait peut-être commencer par une analyse ou une enquête de moralité faite par des psychologues et psychanalystes sur ceux qui sont préposés à faire ces enquêtes. Un policier ou gendarme qui se permet de racketter dans la rue fera un simulacre d’enquête de moralité sur des profils pouvant être ministres ou DG. L’idéal serait que les enquêteurs soient formés en psychologie et psychologie sociale pour dépister les personnages potentiellement enclins à ce genre d’obsession. Pourquoi d’ailleurs ne pas s’attacher les services de professionnels pour seconder la police et la gendarmerie ?

C’est une question cruciale pour la stabilité du pays et le rêve d’émergence. Car le fait de s’accrocher maladivement au pouvoir est effectivement une forme d’obsession qui se soigne difficilement. Mieux vaut la prévenir par ce genre d’enquêtes minutieuses respectant tous les protocoles scientifiques. Si nos dirigeants s’abstenaient d’exercer le pouvoir avec obsession et de voler de manière compulsive, nos peuples s’épanouiraient à l’heure qui suit. Il n’y a aucune fatalité dans la pauvreté des nations : ce sont des circonstances et des comportements qui expliquent la situation de pauvreté endémique de l’Afrique.

 

Alassane K. KITANE

laissez un commentaire