APR : La chasse aux « ambitieux » de 2024 s’annonce…

L’APR ressort la guillotine pour couper les têtes de tous ceux qui, à l’intérieur du parti présidentiel, lorgnent le fauteuil présidentiel en 2024

C’est parti pour la chasse aux sorcières au sein de l’Alliance pour la République (APR). Moustapha Diakhaté, ensuite Moustapha Cissé Lô ont tour à tour été exclus des rangs de ce parti. Ce n’est pas fini, et c’est la liste qui risque d’être longue. Il existe actuellement un « délit gravement puni » au sein de l’APR. Aucun membre, à part Macky Sall n’a le droit d’avoir des ambitions présidentielles.

Tous ceux qui sont accusés d’avoir ces ambitions dans les rangs du parti présidentiel, se voient traités comme étant des parias. D’ailleurs, en vue du prochain remaniement, tous les ministres soupçonnés de lorgner le fauteuil du Président de la République voient leurs noms inscrits dans la liste des éjectables. Il y a que certains aiment entretenir un tel débat inutile au sein de l’APR, uniquement pour que la chasse aux sorcières se poursuive.

La récente sortie de Lass Badiane de l’APR de Grand Yoff comparant les ambitions à des échappées solitaires relance la polémique au sein du parti présidentiel.

C’est dans ce cadre qu’il convient d’inscrire la récente sortie de ce militant APR de Grand-Yoff, Lass Badiane. Une sortie aux allures de règlement de comptes contre tous ceux ayant des ambitions présidentielles au sein de la formation présidentielle. Un homme qui croit pouvoir donner les cartes pour tous les ministres qui veulent encore rester dans le gouvernement. Ce militant de l’APR de Grand-Yoff croit même fixer les règles pour les ministres. Il martèle dans une contribution : « La première règle, c’est la solidarité, c’est l’esprit d’équipe, c’est de défendre le bilan, c’est de faire connaître les perspectives, c’est d’être à plein temps dans sa tâche, et donc c’est une règle qu’on doit absolument respecter. »

Ensuite : « Et puis il y en a une deuxième, lorsqu’on est avec le président Macky SALL : il n’y a pas de démarche personnelle, encore moins présidentielle, il y a tout simplement :  servir et servir jusqu’au bout. » Il est certain que Lass Badiane n’est pas le seul à développer ce genre d’idées à l’APR qui risque de perdre plusieurs de ses responsables, et s’affaiblir ainsi.

La rédaction de Xibaaru