Après le pouvoir et l’opposition…la société civile s’entredéchire

Lors de sa rencontre avec Me Abdoulaye Wade, Nio Lank, Nio Bagn avait comme porte-parole Fadel Barro du mouvement Y en a marre. Un mouvement qui s’était distingué de par sa farouche résistance à l’endroit de l’ancien régime dirigé par Me Abdoulaye Wade, lors des derniers instants de sa chute. Ironie de l’histoire, le mouvement Y en a marre s’était constitué durant les pires tourments connus par le régime du Président Macky Sall avec les coupures intempestives d’électricité. C’est par la suite que le mouvement Y en a marre a étendu son combat allant dans le sens de la lutte contre toute dévolution monarchique ainsi que celle de la reddition des comptes. A ce titre, Y en a marre a été l’organisation la plus présente sur le terrain, lorsqu’il s’était agi de lutter de toutes les forces le 23 juin 2011 pour empêcher le vote du projet de loi à l’Assemblée nationale, qui devait instaurer le ticket Président de la République – vice-Président de la République ainsi que la suppression du quart bloquant à l’élection présidentielle. Un projet de loi qui aurait permis au ticket de l’ancien régime en place de passer sans aucune difficulté dès le premier tour de l’élection présidentielle de 2012. Et l’ancien Président de la République, Me Abdoulaye Wade n’aurait alors aucune difficulté de passer le pouvoir à son fils Karim Wade.

D’où toute la résistance de Y en a marre contre ce projet de loi. Y en a marre n’avait même cesse de dénoncer toutes les malversations financières sous le régime de Me Abdoulaye Wade, et réclamait que Karim Wade soit traduit en justice. Quelle virulence à l’endroit du régime de Me Abdoulaye Wade, et jusqu’ici, Y a en marre continue d’exiger que justice se poursuive contre Karim Wade.

Ça fait désordre aujourd’hui, si Fadel Barro, à l’époque, coordonnateur de Y en a marre, veuille faire l’éloge de Me Abdoulaye Wade après la rencontre de ce dernier avec Nio Lank, Nio Bagn.

Mandiaye Gaye, analyste politique, membre de la société civile n’a pas manqué de s’en prendre à Fadel Barro pour sa dernière position. Ce qui présage qu’au sein de la société civile sénégalaise, ses membres vont plonger eux aussi dans la guéguerre. Comme quoi, l’implosion la guéguerre ne guette pas seulement les membres de la mouvance au pouvoir ou dans l’opposition, la société civile est également menacée.

La rédaction de Xibaaru