Baba Gallé Diallo : « Qui isole le Président Macky Sall de son peuple ? »

GUERRE CONTRE LE COVID 19 :   LE GOUVERNEMENT SE NEUTRALISE.MAIS POURQUOI ?  SI J’ETAIS MACKY SALL…

A l’approche de la fête de tabaski, les sentiments d’inquiète sporadiques provoqué par la peur de la propagation du coronavirus, responsable de la maladie du COVID19, à l’intérieur du pays et au sein de la population sont les mieux partagés. Tout le monde est inquiet. Cependant, on a impuissamment attendu et on attend toujours, en priant Dieu d’intervenir pour nous épargner des conséquences désastreuses de notre laisser- aller. 

La fête de tabaski est arrivée et passée. Aucun secteur ministériel concerné y compris le MSAS n’a officiellement présenté un plan d’intervention visant essentiellement à réduire les risques de transmission du coronavirus au sein de la population économiquement, socialement profondément éprouvée par les conséquences de l’Etat d’urgence et du couvre-feu malgré l’aide du gouvernement diversement appréciée.

En effet, la tabaski, communément appelée la fête du mouton a bougrement détourné l’attention de la population et conséquemment diminué leur degré de vigilance sur les risques de contamination au coronavirus encore plus que depuis la levée des dernières mesures collectives de restriction préventive.

Cette situation de fait n’est pas nouvelle. Au contraire, elle est entrée dans nos pratiques de tous les jours pour ne pas dire qu’elles sont devenues une norme. Depuis le depuis de l’épidémie du COVID19, on a servi à la population par voie d’émission de télévision ou radio ou autre, que de communiqués de presse, mais pas de plans qui présentent au détail la conduite à tenir et les interventions attendues des populations pour arrêter la transmission du coronavirus au sein de la population. 

Ce me semble, les difficultés que l’on éprouve aujourd’hui sont liées à un contexte politique un peu désarticulé du fait de la suppression du poste de premier ministre pour faire « fast tract » dont le gouvernement actuel a du mal à s’habituer mais aussi et surtout l’absence de « démarche multisectorielle inclusive coordonnée et harmonisée dans la riposte. Quand le ministre en charge de la Santé et de l’Action sociale a demandé à chacun de « célébrer la tabaski là où il est » même si cette opportunité est discutable, on a constaté non sans regret qu’il n’a pas été soutenu par ses collègues sectoriels. La solidarité gouvernementale attendue manque à la riposte. Et c’est dommage.

La coordination et la muti-sectorialité doivent être les maitres mots ou les références indispensables pour le gouvernement afin de conduire très bien ses interventions dans cette lutte contre le coronavirus, en dehors des valeurs intrinsèques individuelles des personnes impliquées aux niveaux des maillons de toute la chaine de dispositifs de lutte contre le coronavirus.

 

Si j’étais Macky Sall, après avoir demandé aux sénégalaises et aux sénégalais de « vivre en présence du virus » et pour se protéger ils doivent « appliquer systématiquement les mesures barrière », je n’aurai pas prié chez moi au Point E tandis que tout le monde est allé prier à la mosquée. Sur ce, j’aurais demandé l’ouverture de la mosquée ou je priais habituellement les fêtes de korité et de tabaski.

« Vire en présence du virus » ce n’est pas un slogan ou une doctrine mais une « manière de vivre, qui préserve de la contamination au coronavirus ». Si le Président Macky Sall, avait prié à la mosquée dans le respect du port du masque et la distanciation physique, il aura montré par ce geste à la population la voie à suivre en montrant l’exemple. 

Par ailleurs, si le Président Macky Sall a pu se rendre à Ngaparou pour présenter ses condoléances à la famille de feu Babacar Touré, il aurait pu bel et bien aller à la mosquée à l’occasion de la fête de tabaski pour prier. En plus, .il aurait pu se rendre au Service des maladies infectieuses à Fann. Aussi, il aurait pu se rendre au chevet des malades du COVID19 à l’hôpital Principale ou à Dalal Jaam pour leur témoigner de l’empathie. Cette communication de proximité est indispensable pour rassurer et mobiliser l’opinion publique ou la population autour des objectifs de comportement et de communication.  Si le Président Macky Sall a été conseiller de le faire, j’en suis sûr et certain qu’il l’aurait fait. 

Qui isole le Président Macky Sall de son peuple ? 

Qui est ce qui enferme le Président Macky Sall au palais de la République ?

On ne peut pas changer le passé. Mais, on doit tirer les enseignements du passé pour construire le présent et le futur. Dans le cadre cette lutte contre le coronavirus, si j’étais aujour d’hui Hic et Nunc, le Président Macky Sall, j’aurai renforcer le leadership du MSAS en demandant aux ministères sectoriels sur cette question précise de lutte contre le coronavirus de prendre systématiquement langue avec le Ministre en charge de la Santé et de l’Action sociale pour harmoniser leurs interventions avant toute sortie médiatique. Cela permettra d’éviter les contradictions notées ça et là dans les sorties médiatiques du gouvernement. En somme, le MSAS n’a pas un problème de reconnaissance de son leadership mais il a besoin d’être renforcé par des mesures présidentielles spécifiques.

A défaut de prise de mesures présidentielles spécifiques tendant à renforcer le leadership du MSAS, pourtant nécessaire, si j’étais le Président Macky Sall, j’aurai nommé un expert ou une experte chargée spécialement de la lutte contre le coronavirus pour dispenser le ministre en chargé de la Santé et de l’Action sociale de ce travail de coordination politique difficile du fait du protocole gouvernemental.

La confiance que la population a accordé aux pouvoirs publics est en train de s’effriter à la suite de plusieurs erreurs de communications, de contradictions dans les interventions médiatiques, de manque de solidarité gouvernementale et de non communication. Si on ne change pas ce qui doit être impérativement changé, dans la stratégie globale, en particulier, en matière de communication, l’indifférence, les résistances passives et actives iront crescendo en défaveur de la Santé. Si la confiance est un mur, elle va bientôt s’écrouler, si on ne change pas de stratégies de communication institutionnelle (MSAS et Ministères sectoriels).

Que Dieu bénisse le Sénégal !

Vive le Sénégal !

Vive la République !

Par Baba Gallé Diallo