« Babacar Ngom est coupable d’avoir préféré resté dans son pays », dixit Mamadou Lamine Ba

« L’intelligence économique est l’ensemble des activités coordonnées de collecte, de traitement et de diffusion de l’information utile aux acteurs économiques, en vue de son exploitation. On peut y ajouter les actions d’influence et de notoriété ainsi que celles liées à la protection de l’information » (Wikipedia).

Le lynchage médiatique que subit Babacar Ngom n’est pas « économiquement » sensée. Il est coupable d’avoir préféré resté dans son pays ‘t d’avoir réussi ici. Il fait face à un radicalisme médiatique qui se manifeste plus par le sensationnel et le préjugé que l’information. Les médias n’ont mission de « miner » les investissements nationaux.

La position de certaines personnes est regrettable, tout comme cette indignation sélective d’une partie de la presse et de certains citoyens autoproclamés patriotes. Leur silence sur les terres présumées octroyées au porte-parole du Khalife des Mourides est malhonnête. Babacar Ngom a quand même acheté « ses terres ».

Personne ne peut encourager la spoliation foncière (si c’est juridiquement le cas ici). Mais à côté, Babacar Ngom, un champion national, ne doit pas vivre toute cette injustice quotidiennement déversée sur son épiderme, trainé dans la boue comme un vulgaire prédateur foncier. Ce n’est pas encourageant pour les autres.

Une cohabitation était possible. Entre les usagers habituels et l’industriel qui s’installe, il est possible de vivre ensemble au bénéfice de tout le monde. Les premiers peuvent travailler au moins six mois dans l’année au lieu des trois mois habituels. Le second aurait trouvé une main d’œuvre locale, proche du lieu de travail à un prix raisonnable.

On comprend alors aisément que les difficultés de nos hommes et femmes d’affaires, qui plombent l’investissement au Sénégal, démontrent qu’être obnubilé par le gout du scoop ou du sensationnel au détriment des principaux enjeux, qui sont économiques, aboutit à des perturbations stratégiques nationaux.

Nous avons tous le devoir citoyen et la responsabilité médiatique d’encourager les placements des milliardaires sénégalais dans le pays. On ne peut pas vouloir déplorer la présence d’entreprises étrangères (à tort ou à raison) et en même temps « saper » les efforts des sénégalais qui ont choisi d’investir dans leur pays. C’est incohérent.

Cette affaire aurait été médiatisée d’une manière plus responsable et neutre que les deux camps auraient trouvé un terrain d’entente depuis longtemps. Mieux, les éventuels investisseurs nationaux ou étrangers auraient eu une certaine assurance et une motivation de mettre leur argent au Sénégal. Inintelligence économique ?

Mamadou Lamine BA

Journaliste, Consultant en Médias et Communication