Babacar Ngom met en cage la presse…comme ses poulets

Babacar Ngom est-il en train de s’autodétruire ou fait-il « très mal » en voulant être trop prudent ? Il n’a même pas encore fini de régler ses problèmes avec des ennemis tapis dans l’ombre qu’il se crée de nouveaux ennemis redoutables…

Point de presse du patron de SEDIMA : Les maladresses de Babacar Ngom

Attaqué de toutes parts, l’homme d’affaires Babacar Ngom multiplie les maladresses. Le patron du groupe SEDIMA n’est pas aussi blanc que neige. Pour se laver à grandes eaux des accusations portées sur lui, il annonce la tenue d’un point de presse. Un point de presse où les organes sont sélectionnés, triés sur le volet. Des organes sans doute soumis à son ordre à qui il dictera ce qu’ils vont diffuser.

La manière de s’y prendre par le patron du groupe SEDIMA heurte tout bonnement la morale. C’est pour prendre les devants et mettre en garde contre toute tentative de violer les règles d’éthique et de déontologie à l’issue de ce point de presse qui s’annonce particulier que le Conseil pour l’observation des règles d’éthique et de déontologie (CORED) se fend d’un communiqué. Le CORED constate d’abord que c’est une liste restreinte d’organes qui a été dressée par le groupe SEDIMA pour assister à ce point de presse.

C’est pour rappeler : « Le présent communiqué est un rappel des grands principes qui fondent la pratique du journalisme au quotidien. Le rôle du journaliste consiste à collecter, traiter, et diffuser sans entrave l’information. Le Conseil pour l’Observation des Règles d’Éthique et de Déontologie dans les médias (CORED) dont la mission est de ‘’veiller au respect, par les journalistes, les techniciens des médias et les entreprises de presse, de l’éthique et de la déontologie’’, est également chargé, entre autres, de faire respecter les dispositions de la Charte des journalistes du Sénégal, celles de la loi portant Code de la Presse, notamment sa partie relative aux droits et devoirs des journalistes et des techniciens des médias. »

Ainsi, indique le document, « le CORED estime que la diffusion de la prise de parole de Monsieur Babacar NGOM, et ce sur un sujet d’un grand intérêt public, doit être ouverte à toute la presse et non pas réservée à un groupe restreint de médias.

Pour ce qui est des médias concernés, le CORED rappelle qu’une éventuelle diffusion rémunérée de cette prise de parole relèverait du publireportage et, qu’à ce titre, le public devrait en être informé au cas échéant. La déontologie interdit de confondre le métier de journaliste avec celui de publicitaire et le journaliste ne doit accepter aucune consigne directe ou indirecte des annonceurs, d’où d’ailleurs la séparation au sein de l’entreprise de presse entre la partie rédactionnelle et la partie commerciale. Le CORED appelle les médias à l’exercice d’un journalisme responsable qui prend en compte le droit du public à une information juste et équilibrée. »

Libre à Babacar Ngom de façonner sa presse comme une pâte à modeler mais la manifestation de la vérité ne se fera que sur la base de la de la transparence et du respect des droits…Nul n’est au dessus des lois.

En tout cas, Babacar Ngom est bien prévenu. Jamais, il ne réussira à mettre dans sa poche toute la presse sénégalaise.

La rédaction de Xibaaru