Ultimate magazine theme for WordPress.

Cameroun : des gendarmes violent une étudiante et fuient

0

Des adjudants de gendarmerie violent une jeune étudiante de 20 ans…L’histoire se passe au Cameroun

Deux officiers de gendarmerie ont été renvoyés devant le tribunal de grande instance du Mfoundi pour répondre de l’infraction de viol aggravé. Ils sont accusés d’avoir entretenu des rapports sexuels simultanés avec une étudiante de 20 ans. Les mis en cause, qui ont reconnu les faits à l’enquête préliminaire, les ont réfuté lors du jugement.

Mérès Aymar Tamo et Alain Oscar Yiala, deux sous-officiers de gendarmerie, sont-ils coupables ou non de l’infraction de viol aggravé qui leur sont reprochés? Le juge du Tribunal de grande instance (TGI) du Mfoundi doit répondre à cette question dans son verdict prévu le 28 septembre 2021. Les mis en cause, qui comparaissent libres, sont accusés d’avoir, chacun, violé et sodomisé Vanessa (nom d’emprunt) une jeune étudiante de 20 ans à l’époque des faits.

Devant la barre, ils nient les faits qui leurs sont reprochés, et déclarent que la plaignante était consentante. À l’audience du 24 août 2021, le magistrat du parquet a requis la culpabilité des deux gendarmes et a demandé au tribunal de les condamner proportionnellement à l’acte qu’ils ont commis.

Pendant leurs plaidoiries, les avocats de Vanessa se sont alignés aux réquisitions du représentant du ministère public. Ils ont ensuite expliqué que les gendarmes, après leur sale besogne, ont abandonné la supposée victime au carrefour Nkolbisson. Les gendarmes ont été rattrapés dans leur course folle dans les embouteillages par une équipe de patrouille, qui a été alertée par les cris de la jeune fille.

«Ils essayent aujourd’hui de faire passer notre cliente pour une fille facile et déclarent qu’elle était consentante. Pourtant, les accusés ont avoué les faits devant le commandant de brigade de gendarmerie de Nkolbisson qui les a curieusement libérés» a déclaré l’un des avocats.

laissez un commentaire