Ultimate magazine theme for WordPress.

Ces dossiers qui vont détruire le régime de Macky Sall

présidentielle contre le troisième mandat
0

Le régime de Macky Sall est agonisant. A treize mois de la présidentielle, le chef de l’Etat voit ses chances d’avoir un troisième mandat s’amenuiser. Des voix s’élèvent de plus en plus pour écarter l’actuel locataire du Palais de la course pour 2024. Ce sera sans compter sur la ténacité des membres de Benno Bokk Yakaar. Malheureusement leurs efforts ne sont pas suffisants face à cette nouvelle opposition qui monte en puissance. Mais le véritable facteur qui va faire tomber le régime actuel, n’est pas d’ordre politique. L’ébullition du front social va envoyer Macky et son gouvernement au tapis…

macky
Macky Sall incapable face à la troisième vague de la covid

La pandémie de Covid-19 et la guerre en Ukraine ont des conséquences néfastes sur les économies des Etats du monde. Le Sénégal n’est pas épargné. Notre pays est fortement éprouvé par ces deux événements. La hausse des prix des denrées de premières nécessités a fortement impacté les ménages. Ce qui a fait réagir le gouvernement pour alléger le panier de la ménagère. Le président Macky Sall et son premier ministre ont pris la décision de baisser le prix de certains produits. Une décision hautement saluée par la totalité des consommateurs.

Malheureusement pour les « gorgorlous » (débrouillards), une nouvelle menace plane sur leurs portefeuilles. Les prix des carburants, subventionnés par l’État, sont en hausse. Le coût du gasoil et de l’essence a augmenté de 100 francs CFA. L’électricité aussi a connu une hausse. Mais les ménages les plus vulnérables sont épargnés si on en croit le directeur général de la Senelec, Pape Mademba Bitèye. Il n’en demeure pas moins que cette augmentation commence déjà à faire jaser chez les syndicats de transports. Ils menacent d’augmenter le prix du transport. Ce qui ne sera pas sans conséquences.

Une hausse du prix des transports aura de facto des répercussions sur le prix des marchandises. Avec le contexte économique actuel, les sénégalais pourraient ne pas supporter une nouvelle hausse. Et si le gouvernement refuse de dialoguer avec les transporteurs, le président Macky Sall risque de se retrouver en très mauvaise posture. Déjà que les mesures prises pour lutter contre les accidents ne passent pas chez les transporteurs, les contraindre à acheter le carburant à un certain prix va faire de Macky, le nouvel ennemi des routiers. Ce qui ne sera pas sans conséquence pour le locataire du Palais qui lorgne un troisième mandat.

Ces hausses risquent d’être un vrai problème pour le gouvernement. Le chef de l’Etat doit impérativement trouver des solutions pour contenir la grogne sociale. Mais le véritable problème de Macky Sall, c’est le rapport de la Cour des comptes sur la gestion des fonds Covid-19. Les sénégalais suivent avec une attention particulière l’évolution de ce dossier. S’il en est ainsi, c’est parce que les populations se sont rendues compte du carnage financier commis au sein de nombreux ministères. Et cette fois-ci, des sanctions exemplaires sont attendues du chef de l’Etat. Mais le locataire du Palais a les mains liées dans cette affaire.

 

macky
M. Mansour Faye le beau-frère

Son beau-frère fait partie des ministres épinglés dans ce rapport. Depuis la publication du rapport, le gouvernement semble être disposé à protéger la bande à Mansour Faye. Seulement les partenaires techniques financiers (PTF) ne comptent pas laisser passer ce « vol ». Aïssata Tall Sall a beau tenté de blanchir le gouvernement, mais elle ne convainc pas. Selon certains médias, la publication du rapport de la Cour des comptes est l’une des conditions que le FMI avait imposé au Sénégal pour débloquer les 133 milliards. Maintenant, l’institution attend la suite des poursuites judiciaires exigées par les vérificateurs.

Cette pression du FMI pousse Macky Sall et son ministre de la Justice à entamer des poursuites contre les personnes épinglées. La bande à Mansour n’a plus le choix : rembourser ou faire face à la justice. Si le chef de l’Etat tente de les couvrir, il s’expose à perdre le soutien des Partenaires techniques et financiers (PTF). Un risque que Macky ne peut pas prendre à quelques mois de la présidentielle de 2024.

Au crépuscule de son règne, le président Macky Sall est dos au mur. Alors qu’il lorgne un troisième mandat, il doit faire face à une opposition prête à tout pour l’éjecter. Et un front social toujours en ébullition. Des problèmes qui risquent de précipiter sa chute. Car nombreux sont les sénégalais qui veulent voir le locataire du Palais céder son siège en 2024.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

laissez un commentaire