Conquête du pouvoir en 2024…Idy fait comme Wade

Long silence du leader de Rewmi : Idrissa Seck sur les traces de Me Abdoulaye Wade

Idrissa Seck est un personnage politique plus que rusé. Il demeure un fin stratège. Malgré les aléas, Idrissa Seck a réussi à surmonter à plusieurs coups portés contre lui par ses adversaires. Des coups terribles, sous le règne de Me Abdoulaye Wade dont il était pourtant à un certain moment le numéro 2 de son parti, le Parti démocratique sénégalais (PDS). Au point de devenir durant les premières années de la première alternance, tout puissant Directeur de cabinet du Président de la République avant de devenir Premier ministre.

Tous les courtisans de la République courraient alors derrière Idrissa Seck. Jusqu’à ce que ne survienne sa chute momentanée aux enfers liée à la rivalité qui l’opposait à Karim Wade, fils de Me Abdoulaye Wade, dans la course pour la succession de ce dernier. Une période difficile pour lui durant laquelle, il a reçu les coups les plus féroces de la part de ses adversaires. Mais, il a montré qu’il avait la carapace dure.

Auprès de Me Abdoulaye Wade, Idrissa Seck a appris beaucoup de choses. Comme Me Abdoulaye Wade, à l’époque où il était l’opposant le plus farouche du régime du Président Abdou Diouf, Idrissa Seck à la manière cette vieille ruse des Sioux, aime utiliser parfois l’arme de la terre brûlée pour pouvoir mieux endormir et atteindre l’adversaire. Le leader de Rewmi aime parfois se faire désirer surtout quand il s’agit de se prononcer sur certains sujets de l’actualité.

Quitte libre cours à toutes sortes de supputations, Idrissa Seck aime choisir la période où il lui faut s’agiter sur la scène politique nationale. Il ne fait jamais feu de tout bois. Toutes ses sorties sont calculées. Alors que certains l’attendent impatiemment pour qu’il se prononce sur le débat à propos d’un troisième mandat du Président de la République, lui préfère adopter le silence en attendant le moment qu’il jugera le plus propice pour mieux se placer au-devant de l’actualité, et pouvoir capter pendant un bon bout de temps, l’attention de l’opinion.

La rédaction de Xibaaru