Contre la Covid-19…Le gouvernement est-il au dessus des lois ?

Interdiction de rassemblements pour lutter contre la propagation de la Covid-19 : Quand ce sont les autorités qui foulent elles-mêmes les règles

Ces derniers jours, le gouvernement ne cesse de multiplier les sorties pour rappeler les populations sur les mesures à prendre pour éviter la contamination à la covid-19. Des mesures répressives ont même été prises allant à l’encontre de tout contrevenant. Le gouvernement se promet d’être ferme à l’endroit des récalcitrants qui en viendraient à enfreindre les mesures barrières édictées dans la lutte contre la pandémie.

C’est dans ce sens que le gouverneur de la région de Dakar vient de sortir un arrêté pour fermer, les bars, les discothèques, les salles de spectacles pour une durée de trois mois. Tout le monde se met à applaudir, même si tout ceci n’est que du réchauffé. Depuis le début de la pandémie au Sénégal, les avertissements ne cessent d’être lancés à l’endroit des populations pour l’observation des mesures barrières.

Tout le problème, c’est que ce sont les autorités elles-mêmes qui sont les premières à enfreindre les règles contre la Covid-19. Depuis l’apparition de la pandémie, il était interdit tout rassemblement. Mais, ce sont les autorités, les premières qui vont à des rassemblements, tels que des cérémonies de levée du corps, lors du décès de personnalités.

Ce sont ces mêmes autorités qui font des déplacements annoncés en grandes pompes incitant à des rassemblements. La visite du Président de la République Macky Sall à Médina Baye pour présenter ses condoléances, le ministre Matar Bâ qui se rend à Thiès pour inaugurer pompeusement la cérémonie de pose de gazon synthétique pour la réfection de la pelouse du stade Maniang Soumaré, montrent à quel point, ce sont les autorités elles-mêmes, les premières à enfreindre les règles.

Le Sénégal est tout simplement foutu. Si, ce sont les autorités étatiques les premières à ne pas respecter les mesures qu’elles-mêmes prennent pour lutter contre la Covid-19.

La rédaction de Xibaaru