Coronavirus : ils achètent 17.700 flacons de gel hydroalcoolique et n’arrivent pas à les vendre

Certains se réjouiront de savoir que ces deux frères, qui pensaient faire des affaires en cette période d’épidémie de coronavirus, se retrouvent dans une situation financière compliquée. Ils voulaient profiter du malheur des autres en leur vendant des produits aux prix multipliés par 10 ? Les voilà bien dans l’embarras. Ces deux frères pensaient pouvoir écouler un stock de 17 700 flacons de gel hydroalcoolique à un prix déraisonnable mais ils ne peuvent plus rien vend re depuis qu’Amazon a changé sa politique de vente.

Ils pensaient faire fortune en profitant du coronavirus

Matt et Noah Colvin, de Hixon, dans le Tennessee, ont cru avoir une brillante idée. Alors que l’épidémie du coronavirus commençait à devenir préoccupante en Europe et que les États-Unis ont connu leurs premier cas, les deux frères ont bien compris qu’il y aurait rapidement une pénurie de flacons de gel hydroalcoolique. Ils ont dépensé une fortune (10 000 $ pour l’un et 15 000 $ pour l’autre) pour acheter tous les stocks à plusieurs dizaines de kilomètres à la ronde. « On a acheté notre stock rien qu’en nous rendant dans des commerces de la région de Chattanooga », explique Matt.

Ces frères ont acheté 17 700 flacons de gel hydroalcoolique mais ne peuvent plus à vendre leurs stocks sur Amazon

Amazon ne leur permet pas de vendre leur stock de gel hydroalcoolique

Ils stockent leurs dizaines et dizaines de boites dans leur garage, bien décidés à se faire une belle marge en les revendant à des personnes prêtes à tout. « Les prix sur Amazon étaient clairement plus élevés que le prix d’achat ». Les deux frères ont configuré leur compte Amazon, demandant 70 $ par flacon, alors qu’ils en avaient acheté 17 700 pour 25 000 $, soit 1,40 $ par pièce. Pas de chance pour eux, Amazon n’a pas pris longtemps pour modifier ses conditions générales et pour interdire les ventes qui permettraient de profiter excessivement du coronavirus, en interdisant la vente de masques et de gel hydroalcoolique. Interrogé par un journaliste local, Matt a expliqué qu’il n’avait aucune mauvaise conscience et qu’il ne comptait pas s’excuser pour la pénurie de ce produit qu’ils ont engendré, lui et son frère, en achetant tous les stocks des environs. Après avoir été violemment lynché sur les réseaux sociaux, Matt a finalement dit qu’il assumerait la perte financière et que les flacons seraient donnés à une association d’aide sanitaire.