Ultimate magazine theme for WordPress.

Coronavirus : nos courses peuvent-elles contaminer notre maison ?

0

On le sait : le coronavirus se transmet d’une personne contaminée à une autre par l’intermédiaire de gouttelettes de salive émises lorsqu’elle tousse, qu’elle éternue ou qu’elle parle. Mais le virus Sars-CoV-2 peut également se transmettre via des objets infectés.

Une étude, publiée dans le New England Journal of Medicine (NEJM), s’est intéressée à la durée de vie du virus sur des surfaces telles que l’acier, le plastique et le carton. Des matériaux que l’on peut notamment retrouver sur les sacs de courses et les emballages alimentaires. Elle révèle que le coronavirus peut survivre jusqu’à 4 heures sur le cuivre, jusqu’à 24 heures sur le carton et jusqu’à 3 jours sur le plastique et l’acier.

Les chercheurs précisent néanmoins que la présence du virus sur ces surfaces ne rime pas forcément avec contagiosité, car sa charge virale diminue avec le temps. Ils ne sont donc pas en capacité de dire « quelle quantité de virus est réellement nécessaire pour infecter un être humain, ni si le virus est facilement transférable d’un carton à une main lorsque l’on touche un emballage par exemple », comme l’explique Dylan Morris, co-auteur de l’étude.

Coronavirus : les précautions à prendre en rentrant des courses

Pour éviter l’éventuelle contamination de son intérieur en rentrant chez soi avec ses sacs de courses, il est recommandé de :

  • poser ses courses au sol, et non pas sur le plan de travail de la cuisine ou sur la table de la salle à manger ;
  • se laver minutieusement les mains avec de l’eau et du savon dès que l’on franchi le pas de la porte ;
  • retirer tous les emballages non nécessaires et les jeter immédiatement ;
  • désinfecter les emballages qu’il n’est pas possible de retirer comme les pots de yaourt par exemple ;
  • rincer minutieusement les aliments qui peuvent l’être, comme les fruits et les légumes, car d’autres clients ont pu les toucher ;
  • passer au four les aliments qui peuvent l’être comme le pain, car un « traitement thermique à 63°C pendant 4 min permet de diviser par 10.000 la contamination d’un produit alimentaire »
laissez un commentaire