Covid-19 : la Chine reconfine…100 millions d’habitants

A la veille de l’ouverture de la réunion du Parlement chinois, les autorités locales ont de nouveau confiné une centaine de millions d’habitants dans la province du Jilin.

Routes fermées, interdiction de quitter son domicile, écoles vidées de leurs élèves… Ces scènes ne se déroulent pas à Wuhan, berceau de l’épidémie et mis sous cloche pendant soixante-et-onze jours au plus fort de l’épidémie, mais dans la province du Jilin, dans le nord-est de la Chine. Prises après l’apparition de cinq nouveaux cas ce week-end, ces mesures régissent désormais le quotidien de quelque 100 millions d’habitants.

La ville de Shulan et ses 600 000 citoyens sont désormais surveillés par les autorités locales qui menacent quiconque ne respecterait pas la quarantaine ou propagerait des rumeurs et des fausses informations. Ce nouveau confinement traduit l’inquiétude des autorités chinoises face au risque d’une nouvelle vague de l’épidémie qui a fait officiellement 4 638 morts et plus de 84 000 cas de contamination en Chine.

La victoire du régime menacée

La vice-première ministre chinoise, Sun Chunlan, est arrivée le 13 mai dans la province frontalière de la Russie, qui recense désormais 133 cas confirmés pour deux morts. C’est par ce pays voisin, premier pourvoyeur de cas importés, qu’une nouvelle vague de contamination était apparue le mois dernier dans la province du Shanxi (nord-ouest) et du Heilonjiang.

Le régime entend vanter les mérites de sa gestion de la crise, mais une nouvelle vague de contamination pourrait venir gâcher la réunion du Parlement chinois qui s’ouvre vendredi pour une semaine environ et qui consacre la victoire du régime contre le coronavirus. La réunion politique annuelle la plus importante de l’appareil communiste avait été repoussée début mars, au plus fort de l’épidémie.