Covid-19 : Pourquoi il faut redoubler de vigilance ?

COVID-19 : REDOUBLER DE VIGILANCE

Plusieurs experts n’ont cessé de pointer du doigt les limites du dépistage des patients suspects de COVID-19, qui privilégie les patients symptomatiques et les contacts vulnérables, au détriment des sujets asymptomatiques.

Cette stratégie, caractérisée par le faible nombre de tests réalisés, rend insuffisamment compte de la réalité de la pandémie et se traduit, la plupart du temps, par une sous-estimation des nombres de cas et de décès. Néanmoins, on peut considérer, sur la base des résultats des examens virologiques annoncés par les autorités, que depuis la mi-août, on observe une baisse persistante du nombre de cas positifs.

Cela semble indiquer une embellie transitoire de la pandémie au Sénégal, dont les véritables causes ne sont pas encore élucidées. Il y a certes eu les mesures fortes annoncées au début du mois d’août 2020, pour inciter les populations à un respect plus rigoureux des gestes barrières, avec l’appui des forces de défense et de sécurité.

Mais il serait mal venu pour des politiciens et officines du pouvoir, de vouloir faire dans la récupération politicienne. En cherchant à s’attribuer les mérites de cette présumée tendance baissière, ils montrent simplement, qu’ils n’ont rien retenu des leçons d’humilité, que la pandémie est en train de délivrer au monde.

Le reflux apparent de la pandémie n’a, en effet, rien à voir avec l’appréciation positive des efforts de notre pays dans la lutte contre la COVID-19, faite par le Centre d’études stratégiques et internationales, relayé par le quotidien USA Today.

Ce que le think-tank américain a voulu récompenser, c’est avant tout la phase de début d’épidémie, marquée par l’expertise des professionnels de santé ayant déjà été confrontés à la fièvre à virus Ebola, le fort leadership des autorités nationales et les décisions volontaristes pour contenir la pandémie.

Malheureusement, les mesures suggérées par les techniciens aux décideurs, même si elles partaient d’une bonne intention, ont manqué d’efficience et de soutenabilité, annihilant les efforts consentis au départ. Il est, ici, question, de l’hébergement de cas-contacts dans des réceptifs hôteliers et de l’hospitalisation tous azimuts, de cas pauci- ou asymptomatiques dans de grands hôpitaux nationaux, finalement très onéreux.

Ces initiatives ont même compromis la mise en œuvre du plan de résilience économique et social, dans un contexte de mal-gouvernance, de gestion solitaire et de détérioration du climat social, conduisant à l’assouplissement des gestes barrières, intervenu le 11 mai 2020, au grand dam des acteurs de la riposte.

Comparaison de nouveaux cas en début juillet et début septembre en Afrique de l’Ouest

Un autre aspect à prendre en compte est que cette tendance baissière est observée dans certains autres pays de la sous-région ouest-africaine comme le prouvent ces chiffres publiés par le site de CDC-Africa. Il s’agit essentiellement du Nigéria, du Ghana et de la Côte d’Ivoire…, où nous notons une tendance générale au ralentissement de la propagation de la COVID-19.

La comparaison des premières semaines du mois de Juillet et de Septembre 2020, dans la région ouest-africaine, a permis d’observer :

  • une progression des nombres de cas, allant de 86315 à 165049,
  • une progression des nombres de décès, qui passe de 1449 à 2472,
  • un discret fléchissement de la létalité de 1,67% à 1,49%,
  • une diminution de 7091 nouveaux cas,
  • une diminution de 75 nouveaux décès.

Malgré ces chiffres encourageants, il est tout de même prématuré de crier victoire, car les autorités sanitaires n’ont qu’un aperçu partiel de la situation épidémiologique, du fait du divorce flagrant entre les statistiques officielles et la réalité de terrain, d’où l’urgence des enquêtes séro-épidémiologiques.

N’oublions pas, par ailleurs, les possibilités d’apparition de nouveaux clusters ou de secondes vagues redoutées dans plusieurs pays, à travers le monde !

Les pouvoirs publics devraient s’inscrire dans la perspective, non pas d’une levée tous azimuts des mesures restrictives (transport, évènements socio-religieux…), mais d’une redéfinition à court ou moyen terme de politiques publiques permettant une application rigoureuse des mesures préventives, tout en préservant les intérêts des usagers et des travailleurs.

NIOXOR TINE