Ultimate magazine theme for WordPress.

Dagana aux abois…Oumar Sarr fortement critiquée

Oumar Sarr maire de Dagana et leader de l'Alliance Suqali Soppi
0

AUX POPULATIONS DE LA VILLE DE DAGANA !

Nous nous attachons surtout à vous parler de notre chère ville, DAGANA. De l’abîme dans lequel elle se trouve et de la grosse incertitude, pour ne pas dire de l’impossibilité de nous en sortir si notre pratique de la politique à la Daganoise, celle émotive, n’est pas abandonnée au bénéfice d’une autre politique de rupture. Inscrite pleinement dans la lutte contre les pratiques véreuses, de la pauvreté et de la division, une telle rupture contribuerait lentement mais sûrement à l’élévation progressive de la prise de conscience de nos problématiques et de nos enjeux.

Un contexte constamment meurtri, aux échecs multiples et indélébiles de l’équipe actuelle.

Aucune des échéances précédentes n’a nourri autant d’antinomie, Mouhamadou Makhtar Cissé, déterminé à sortir DAGANA de ce gouffre profond face aux partisans du Pds avec leur « mise en place d’un pouvoir sans partage et sans terme. »

Ce lourd et profond échec de notre chère ville, doit éveiller à posteriori une population, à la sensibiliser, et à faire naître en elle ces fibres révolutionnaires permettant de retracer notre destiné. Surtout à lui faire prendre conscience de la maîtrise de ses réalités dans la nécessité de construire son futur.

Mais une telle prise de conscience, dans une ville pataugeant dans la misère, ne se manifeste qu’à la faveur de politiques adéquates d’éveil, de la permanence de l’exemplarité, Mouhamadou Makhtar Cissé demeure une alternative sûre. Une analyse profonde et lucide de la situation actuelle pourrait aider à secréter les ferments propres à nourrir collectivement un dessein unificateur, rédempteur et d’un quotidien difficile. Nos responsables locaux ont choisi d’être en phase avec l’inertie politique que génère notre fatalisme, pour sans doute mieux protéger la culture politicienne du recul et du favoritisme outrancier.

Peut-être sont-ils tout simplement inaptes à de telles responsabilités ?

Peut-être manquent-ils même de réel attachement à la ville qu’ils servent ?

Ils s’évertuent à produire une politique tragique, celle de l’abandon total de la mise en valeur du potentiel endogène, notamment la terre, perpétuellement maintenue dans des cultures de subsistance, incapables d’atteindre des niveaux aptes à l’exportation, à la création d’une industrie de l’agro-alimentaire, même artisanale, niveau propice à accréditer un avenir « d’émergence »; celle l’étouffement de toute ambition d’émergence d’une vision novatrice ; celle du seul souci de faire vivre une mairie comparable à un bâtiment administratif abritant une caste aux pratiques mafieuse ; celle du constat amer de voir nombreux de celles et ceux de nos nouvelles générations, ayant bénéficié d’ouverture et de formation, ne pas aider la ville à s’extraire de la pauvreté et de la misère, mais constituer, au contraire, un vivier des comportements d’indignité hautement responsables de la politique du tragique.

Quand ils quitteront, certainement lors des prochaines municipales, ces responsables nous lègueront une ville presque nue et désarticulée. Une ville sans liens, dépourvue de certitudes, gagnée de plus en plus par des déterminismes qui procurent certes une paix intérieure par l’acceptation de la Puissance divine, mais qui exposent à toutes les duperies dans une population où « intérêt collectif » est devenu un gros mot et où n’importe quelle flamme peut se transformer en brasier.

La nudité de la ville, les pratiques mafieuses qu’on ne combat que par des condamnations verbales, l’aplomb chargé de suffisance et de mépris de ces responsables, tout est destructeur.

Aucun Daganois n’ignore l’état réel de notre chère ville. Une ville qui a besoin d’autorité certes, mais d’une autorité saine, imposant par l’exemplarité d’une vison réelle et claire.

Sinon « l’émergence », perspective déjà très hypothétique, ne sera qu’une chimère. Et la continuité du tragique demeurera la règle.

LA PENSÉE JUSTE, LA PAROLE VRAIE, L’ACTE SENSÉ !

laissez un commentaire