Dagana…sous l’emprise d’un système politique archaïque

AU DELÀ DE LA PASSION !!
Que pouvons nous attendre de plus après 23 ans de règne ?
Devrions nous continuer à sacrifier les générations futures pour un mythe qui n’existe guère
Continuerons nous d’encourager le sous développement, la pauvreté en ayant espoir de revoir le « Lion » fatigué, ne disposant plus la force de faire triompher son royaume, redevenir « Roi »?
L’émotion finira t’elle par prendre le dessus sur la raison au risque d’une mort certaine de la ville?
Une et mille question pour un devenir meilleur des populations de Dagana.
Puisse que Dagana va mal, très mal même, il nous faut alerter et dénoncer au risque de déplaire. Donc nous soutenons ici à ce qui ne comprendront pas le sens de notre recherche routinière inlassable du développement local, que, le suivisme aveugle est une tare en politique. La politique du Pds, la gestion de la municipalité à des tares qui nuisent au bon fonctionnement politique des populations de Dagana.
Une introspection populaire est nécessaire.
Vu l’état clorchardesque de l’image que nous renvoie notre chère ville, nous nous permettons de braquer nos projecteurs sur ce fils de Dagana, par ailleurs maire de la commune. Rien de plus !
Vingt-trois ans de règne sans partage. Des années de mauvaise gestion qui ont transformé la ville de Dagana en un trou perdu, une ville morose.
Une mairie avec en sa tête une équipe qui a fait preuve d’incompétence avérée, diriger par défi, manque d’assainissement, l’insalubrité est son paroxysme, manque d’infrastructures, vente des terrains à usage public et, comme si cela ne suffisait pas, on retrouve  des immondices partout.
Une gestion plus que calamiteuse…Pourquoi vouloir diriger par défi alors que leur bilan est plus que calamiteux ? Pourquoi s’obstiner à vendre nos terrains, nos aires de jeux, nos terres arables, nos portefeuilles, notre faune et notre flore par des sommes que ne verront jamais les populations ?
Où est l’argent de toutes ces ventes ?
Pourquoi seule une fratrie et leurs ouailles qui leur font allégeance – soient à la tête de toutes les sources rémunératrices de la ville  ?
Pourquoi les autres ethnies (Les peulhs, les maures )  que compose la ville sont mis à l’écart de la gestion de la mairie, ne disposant même pas d’un petit conseiller municipal ?
 On sait, que depuis plus de quarante ans, les responsables successifs, élus à la tête de la mairie, ont tous été confrontés à ces questions sans parvenir pour autant, à amorcer le moindre souffle de changement et de rupture avec un système globalement défaillant. Malgré quelques réfections (Hôtel, routes ), quelques réalisations (Lycée, terrains foot..)… le cadre de vie des citoyens, notamment à l’intérieur des quartiers, présente l’image désastreuse d’une « ruralisation » avancée. Une clochardisation qui s’explique aussi, il faut l’admettre, par des comportements et des mentalités qui restent à mille bornes des valeurs et de la responsabilité citoyenne, en matière de respect des règles «du vivre ensemble». En réalité, le vrai fléau réside dans l’incompétence, le laxisme et l’incapacité des pouvoirs publics, à pouvoir organiser et réguler une collectivité locale, gangrenée par les carences, les médiocres tâtonnements et les dérives dans presque tous les domaines d’activité…
Aujourd’hui, je l’avoue, je le crie haut et fort, à intelligible voix, Dagana est sous l’emprise d’un système politique archaïque, qui crée un sous  développement criant à cette fin et qui entretien une instabilité économique  manifeste.
Un peuple n’a t’il pas juste un dirigeants qu’il mérite?
 Tels des écervélés, le comble de malheurs réside dans le Daganois  eux-mêmes. Ces derniers semblent lobotomisés, chosifiés, au point d’être incapables d’en faire un simple jugement de valeur. Allant même jusqu’à condamné tout choix émanant de la raison ( ceux qui disent stop sont qualifiés de traitre et de transhumants).
 Ils scandent, en faveur de leur bourreau, des mots tels « le Lion du Walo», faisant référence à notre cher maire comme pour dire, qu’il est le seul maitre à bord dans cette ville. Oui il était, nous étions tous avec lui, mais avec des objectifs. Hélas! Toute chose à une fin. Nul n’est éternel.
Est-ce un déni de la réalité ou tout juste un réflexe conditionné dont nous sommes soumis ? Comment pouvons  faire fi de toutes ces misères dans lesquelles nous nous voyons  contraints d’abdiquer : de la pauvreté abjecte dans laquelle nous sommes embourbés…mon oeil.
LA PENSÉE JUSTE, LA PAROLE VRAIE, L’ACTE SENSÉ !