Ultimate magazine theme for WordPress.

« Déloger » Macky par force…Les dangers d’une guérilla de Sonko

Ousmane Sonko, leader du parti les Patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (Pastef)
0

A peine sortis des élections locales tumultueuses, les sénégalais risquent de vivre encore une période trouble avec les Législatives du 31 juillet 2022. Les différents protagonistes, Macky et Sonko, se promettent l’enfer. Le rejet de certaines listes par la direction générale des élections vient de jeter de l’huile sur le feu. La coalition Yewwi Askan Wi refuse une telle décision. Et pour se faire entendre, les camarades de Sonko comptent investir la rue…par la force s’il le faut. Mais une nouvelle «guérilla» dans les rues de Dakar ne sera pas sans conséquence.

Mercredi de tous les dangers ! Dakar va renouer avec les grandes manifestations. La coalition Yewwi Askan Wi a décidé de tenir un grand rassemblement le 8 juin. Ousmane Sonko et Cie vont investir la place de la nation. Mais cette fois-ci, ils comptent manifester avec ou sans autorisation. Pendant ce temps, les jeunes du «Macky» comptent leur faire face. Ce qui fait craindre à beaucoup de sénégalais une escalade de violence. Ce qui va sans doute dégénérer.

Depuis que la bataille des législatives a commencé, l’oppositiondirigée par Sonko s’est radicalisée contre Macky Sall et son régime. Et si cela ne tenait qu’à des leaders comme Ousmane Sonko, le locataire du Palais serait « éjecté » de son siège bien avant 2024. Et pour les patriotes les plus radicaux il faut tout bonnement déloger le chef de l’Etat. Et quand on visite leur page Facebook on se rend compte qu’il ne rêve que rééditer le coup de mars 2021

Plonger Dakar dans le chaos…une catastrophe

sonko

Mais essayer de rejouer le film de mars 2021 serait un véritable suicide. Depuis son discours d’avril de la même année, le Président Macky Sall a annoncé que ce qui s’est passé ne se reproduira plus. Et ce message est un peu plus clair pour qui sait lire entre les lignes. Les personnes qui tenteront une telle forfaiture risque de terminer entre les mains de dame justice. Pire, le sang pourrait couler alors que les sénégalais ont pas encore fini de pleurer les quatorze (14) martyrs de l’année dernière. Alors ceci devrait pousser les deux parties macky Sall et Sonko de Yewwi Askan Wi à faire preuve de patriotisme et de clémence.

Économiquement, le pays pourrait ne pas supporter une seconde vague de manifestations. Impactée par la Covid-19 et les émeutes de mars, l’économie sénégalaise se relève timidement. Beaucoup de magasins ont été pillés, dévalisés ou vandalisés. Ce qui avait envoyé beaucoup de soutiens de famille au chômage. Avec le contexte social actuel, des manifestations violentes auraient forcément les mêmes conséquences qu’en mars 2021. Ce serait tout simplement…un désastre.

Risque de remettre le pays entre les mains de l’armée

Les théoriciens du chaos pensent sûrement qu’après leur révolte, des élections libres et transparentes seront organisées et leurs leaders pourraient se retrouver au pouvoir. Un tel raisonnement est erroné. Depuis quelques années, les militaires ouest-africains ont démontré leur penchant pour le pouvoir. Lancer une «guérilla» à la veille d’élections pourraient leur faciliter la tâche. D’ailleurs en mars 2021, ils avaient fait une entrée spectaculaire en prenant le contrôle dans certaines zones pour ramener l’ordre.

Une gouvernance militaire ne se termine pas toujours de la manière la plus simple. L’histoire a démontré que dans la majeure partie des pays occupés par les militaires, organiser des élections démocratiques et transparentes est un véritable problème. Alors au regard de tous ces éléments, opposition et pouvoir doivent éviter de plonger le Sénégal dans le chaos juste pour des querelles politiques.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

laissez un commentaire