Le dialogue national…l’opium de Macky pour endormir la démocratie

Le président de la République se sert-il du dialogue national à des fins politiques ?

Dialogue national : La trouvaille de Macky Sall pour ruser l’opposition

Le Président de la République a trouvé sa nouvelle stratégie, lorsqu’il s’agit de mener tout le monde en bateau. Macky Sall se sert désormais de l’argument du dialogue national pour faire passer toutes sortes de réformes amères au plan politique qu’il envisage d’introduire. Des réformes qui lui permettent de mieux dérouler sa politique. Macky Sall donne ainsi raison à tous ceux qui pensaient que le dialogue national qu’il a lançait, n’était qu’une sorte de poudre jetée aux yeux de l’opposition.

Tout ce que le Président de la République Macky Sall déroule, tout ce qu’il entreprend ne relève que du pur « Machiavélisme ». Ismaïla Madior Fall, le « tailleur » de la Constitution est l’homme qui en donne la preuve. Au cours de l’émission Point de vue de la RTS animée par Oumar Gningue, Ismaïla Madior Fall a révélé que le Président de la République veut apporter une modification sur le financement des partis politiques. Seulement, le dialogue politique n’a pas encore livré ses résultats. Ainsi, le Président de la République veut se servir du dialogue politique pour modifier à sa guise la loi sur le financement des partis.

Cette question est au-devant de l’actuel depuis que le Pastef de Ousmane Sonko avait initié une campagne de levée de fonds au plan national et international. Une initiative qui a fait trembler les tenants du pouvoir, d’autant que les partisans de Ousmane Sonko soutenaient avoir réussi à collecter une centaine de millions de FCFA, en quelques jours. Suffisant pour créer la panique au sein de l’Etat et pousser le ministre de l’Intérieur à sortir un communiqué pour rappeler des dispositions de la loi sur le financement des partis politiques. L’Etat réussit ainsi par la tyrannie à empêcher à Pastef de poursuivre sa campagne de levée de fonds.

Le ministre de l’Intérieur, bras armé du pouvoir, évoque dans son communiqué les dispositions de cette loi interdisant les partis à recevoir des fonds de l’étranger. Ce qui fait rire à tous ceux ayant assisté à la campagne de levée de fonds qui avait été lancée par le Président de la République Macky Sall, alors dans l’opposition à la veille de l’élection présidentielle de 2012, en direction de la diaspora. Jusqu’ici, nul ne connait comment le parti présidentiel, l’Alliance pour La République (APR) a acquis en un laps de temps des milliards qui lui ont permis de construire son siège ?

Evidemment, comme on vit sous l’ère de la dictature, ce qui est valable pour l’APR, ne l’est pas pour les autres partis politiques, aux yeux des tenants du pouvoir qui se servent maintenant du dialogue national pour initier des réformes politiques impopulaires. Comme la nouvelle loi sur le financement des partis politiques que veut initier le Président de la République. N’est-ce pas que c’est derrière le dialogue national qu’il se réfugie pour justifier le report des élections locales. En soutenant que c’est le dialogue national qui exige l’audit du fichier. Tout est maintenant mis sur le dos du dialogue national quand le Président de la République veut dérouler une stratégie.

La rédaction de Xibaaru