Émigration Clandestine : Serigne Saliou Fall écrit au Président Macky Sall

Serigne Saliou Fall

Monsieur le Président de la République du Sénégal,

La mer, c’est « l’inexorable nuit sociale où la pénalité jette ses damnés. La mer, c’est l’immense misère. L’âme à vau – l’eau dans ce gouffre, peut devenir un cadavre. Qui la ressuscitera « ? (Victor. HUGO –Les Misérables).

L’acuité de cette problématique du jour qu’est l’émigration clandestine des jeunes vers l’Europe dans le landerneau politique, socio-économique et environnemental est d’une telle prégnance, qu’elle inhibe l’éminence de tout autre. Une véritable agitation d’idée sur la triste et accablante problématique de la réapparition de l’émigration clandestine des jeunes est à date, un sujet d’actualité préoccupant et objet de beaucoup de rencontre, à caractère multidimensionnel. La description de l’état des lieux est alarmante ; le constat macabre sur les côtes de l’océan est désolant voire préoccupant à plus d’un titre. Le tableau sinistre peint dans toutes les facettes est désolant. Les lamentations de tout le peuple éprouvé par le retour du drame, est dans toutes les lèvres. Les solutions de taille et/ou mesures appropriées en réponse au mal tardent à s’énoncer clairement. Les différents thèmes ceinturant le fléau mesurent la portée du phénomène et le degré de victimisation. Laquelle triste manifestation est réapparue sous nos cieux sans crier gare.

Monsieur le Président de la République du Sénégal,

La teneur des solutions attendues a fait sortir dans sa gamme une note de concordance : Halte à l’émigration clandestine des jeunes sénégalais. Pour certains fort avertis de la question, le problème brûlant de notre temps réside dans la question de savoir comment garroter voire étouffer et même étrangler l’élan migratoire des nouvelles vagues d’émigration de nos jeunes. Ces derniers constituent l’espoir et la relève de leurs ainés, pour la construction d’un Sénégal où il fait bon de vivre. C’est le ressenti du peuple ébranlé outre mesure. Depuis 2007, la gestion de l’émigration clandestine est un véritable casse-tête pour les pouvoirs successifs. La différence est que sous votre mandat présidentiel, les informations circulent beaucoup plus vite avec intensité. Les récentes études des experts sur le sujet, ont fait comprendre que ce n’est pas nécessairement la précarité qui pousse ces jeunes à prendre désespérément la mer. Les mirages de l’Eldorado ont plusieurs formes. Ceux qui décident de pleurer les naufragés et autres parties prenantes à la lutte contre l’émigration clandestine, pourraient en même temps vous offrir des solutions pour arrêter l’hémorragie. Ce point de vue partagé constitue plus que la quintessence, le poids et éléments d’appréciation de ladite lettre, postée à votre attention.

Monsieur le Président de la République du Sénégal,

Partir fait partie désormais du discours de la jeunesse sénégalaise à qui vous avez toujours promis le bien être, l’épanouissement, des emplois, l’insertion, la réinsertion sociale, la participation active dans vos efforts de mise en route d’un Sénégal Emergent. Ces jeunes en perdition dans la mer veulent un Sénégal sevré de ces maux et des externalités négatives. Toutes vos promesses avaient pour fondement une bonne politique de jeunesse ajustée à un Sénégal pour tous. Un pays reconstruit dans la revalorisation de notre gisement en ressource productive. Leur attente légitime voire justifiée est de voir la rupture des méthodes traditionnelles inefficientes et les schémas classiques encore moins productifs. Pire, leurs besoins exprimés ne sont pas pris en compte par les structures classiques aux procédures désuettes et encombrants. En proie à une profonde crise d’affirmation, ils sont de plus en plus nombreux, les jeunes sénégalais qui pensent que la réussite et la reconnaissance passent nécessairement par le séjour en occident au moment où l’on assiste dans les pays du Nord à un renforcement du protectionnisme migratoire. Monsieur le Président de la République du Sénégal, Au Sénégal ci-git un parterre de ressources humaines d’une rareté exceptionnelle. Lequel atout est surtout composé de leaders d’opinion charismatiques. Leur leadership conjugué à leurs talents et doigté a fait ses preuves tangibles pour la résolution des problèmes de toutes sortes. Lesquels maux ayant jadis bousculé la quiétude et/ou la sérénité du peuple. Ce parterre à visage humain on compte en grand nombre. Il y est compté la présence physique d’acteurs, aptes et capables à mobiliser l’attention de la population confrontée à l’assaut des vagues tumultueuses. Cette composante mobilise et regroupe maintes sensibilités religieuses, politiques, laïques, technocrates et citoyens de bonne volonté. Laquelle plateforme de réflexion et d’action pour des décisions opportunes est certes prête à s’arcbouter pour sensibiliser ; s’entendre ; proposer et trouver des solutions adéquates. Leurs propositions de remède seront de haute teneur et de large portée consensuelle. Il est question de résoudre la problématique. Monsieur le Président de la République du Sénégal, Certes, cette niche d’hommes et de femmes est reconnue compétente, disposée, capable de s’impliquer pour que vive la marche du pays par ricochet le bon devenir du pays sur tous les plans. Il est tout bonnement question de les associer à la recherche de solutions des questions et réponses auxquelles s’adresse le retour désastreux du phénomène de l’aventure désastreuse et déferlante de l’émigration clandestine des jeunes en haute mer. L’appel de cette composante du peuple en dormance ; parce que non impliquée est une des meilleures options pour positivement obtenir l’arrêt immédiat de l’élan et les éléments de motivation migratoire des jeunes. L’écho passe par la revalorisation de leur compétence en matière de sensibilisation d’Information, d’Education et de Communication par une bonne et efficiente utilisation de leur savoir, savoir-faire et savoir être. Il est d’actualité pour que tous soient impliqués au -delà de toute autre considération ; autre que la sauvegarde en commun de notre principale richesse d’aujourd’hui et de demain : nos ressources humaines jeunes. Monsieur le Président de la République du Sénégal, Quelle perte humaine cet exode ! Les pays d’accueil ne cessent de crier gare, refusant d’être un dépotoir des jeunes venus d’ailleurs et qui entrent illégalement. Les mesures administratives d’ordre classique n’ont pas freiné l’ardeur des départs, les transactions échappent à la vigilance. Le péril ne fait pas peur. Les mesures tardent à apporter des solutions à l’élan migratoire des jeunes. La résurgence, la réapparition de l’émigration clandestine des jeunes à bord d’embarcations périlleuses, a déjà lancé de nouveau son appel macabre. Le réveil, le recommencement, le retour de ce sinistre écho auquel a répondu de nouveau, l’espoir du pays est alarmant. A plus d’un titre ce sinistre de l’émigration clandestine via des pirogues en retour mérite d’être à sa juste mesure traité correctement par une implication inclusive. Les conséquences auprès des pans de la société entière dont les plus vulnérables au choc de cette hécatombe restent encore des plaies béantes. Les remèdes les plus appropriés doivent être de mise. Monsieur le Président de la République du Sénégal, Vous êtes celui qui doit être au premier rang et la voix la plus autorisée pour porter l’étendard « Pour qu’Halte à l’émigration clandestine de nos jeunes ressources humaines vers l’Europe via l’océan atlantique » et au nom de la jeunesse sénégalaise traumatisée, souffreteuse, désabusée et aux abois. Les parents des défunts en mer, partie prenante de ce chaos social sans cesse renouvelé sont tristes, accablés et agressés par le mal et jusqu’aux os.

Serigne Saliou Fall, Expert consultant. Président du Comité de Management de l’Association : Coalition Luttant Contre l’Emigration Clandestine des Jeunes (CLCECJ).